Nicolas Le Gardien : “Le bénéfice sert à résoudre le déficit et à rassurer la DNCG à laquelle les dirigeants avaient présenté un plan joint, qui donnait des transferts positifs de 30M€”

    DaGrosa
    AFP PHOTO / ALAIN JOCARD

    Nicolas Le Gardien, journaliste et correspondant Sud Ouest sur les Girondins de Bordeaux, est revenu sur le mercato estival du club au scapulaire.

    “Il y avait une volonté de départ, d’une grosse refonte de l’effectif après les deux dernières saisons difficiles et notamment la dernière saison ratée. Il y a donc une volonté à la fois de renouveler pour donner de l’air frais et pour repartir sur un nouveau projet et pour correspondre au nouveau projet de jeu lancé avec Paulo Sousa. Donc on va dire qu’une partie du chantier a été réalisé et a été inachevée. Sur la partie réalisée, il y a eu quand même de nouveaux cadres qui sont arrivés. Si on prend l’équipe type, elle a été au moins renouvelée à 50%, avec de nouveaux joueurs d’expérience, que ce soit avec Mexer, Benito, Koscielny, qui sont là pour apporter une nouvelle assise, une nouvelle ossature au nouveau cycle qui s’ouvre. Plus Aït-Bennasser, qui a une option d’achat obligatoire à partir d’un certain nombre de matches joués qui peut également apporter un plus. Donc il y a eu cette volonté de réinjecter du sang frais et de l’oxygène. Après, il y avait la volonté d’aller plus loin, notamment au milieu de terrain et en attaque où il y avait la volonté par Paulo Sousa, adoubé par ses dirigeants au printemps, d’apporter aussi un joueur d’expérience au milieu et un joueur offensif. Ca, les dirigeants n’ont pas réussi à le faire, pour des raisons financières, parce que de l’autre côté, il y avait énormément de joueurs sous contrat : 38 pour cette saison, au début du mercato. Ils ont réussi à faire partir certains joueurs, ils n’ont pas réussi à faire partir tout le monde, dont certains joueurs qu’ils pensaient revendre avec une bonne plus-value, c’est-à-dire François Kamano et Youssouf Sabaly, qui n’ont pas réussi ou en tout cas qui ne sont pas partis. Et forcément, cela a plus ou moins bloqué toute la seconde partie du mercato, sachant qu’il n’y avait pas de fonds disponibles, après une saison dernière où le déficit d’exploitation a été très important. Donc il fallait aussi résoudre ce problème-là. D’où aussi une balance des transferts positive pour le club, puisque le « bénéfice » sert à résoudre le déficit et à rassurer la DNCG à laquelle les dirigeants avaient présenté un plan joint, qui, selon nos informations, donnait des transferts positifs de 30 millions d’euros. Donc cela correspond à peu près à ce qui s’est passé”.

    Sud Ouest

    Retranscription Girondins4Ever