Thierry Granturco : « Désormais, pour Bordeaux, je ne suis pas sûr qu’il y ait la même bienveillance en cas de déficit important »

Eduardo Macia et Frédéric Longuépée

Pour Sud Ouest, Thierry Granturco, avocat spécialisé en droit du sport, a décrypté le milieu du football et notamment le projet des Girondins de Bordeaux.

« Bordeaux faisait partie des clubs avec un actionnaire (M6) solide, reconnu. Il était grondé mais la DNCG voyait bien que l’actionnaire était présent, qu’il équilibrait les comptes si besoin. Lyon a eu une période difficile aussi lors de la construction du stade. Mais quand Jean-Michel Aulas passe devant la DNCG, il ne craint pas grand-chose car il a prouvé depuis longtemps son sérieux. Désormais, pour Bordeaux, je ne suis pas sûr qu’il y ait la même bienveillance en cas de déficit important. Les nouveaux dirigeants semblent s’appuyer sur le trading de joueurs pour équilibrer leur bilan. Ce ne sont pas les seuls. Il y a des compétences sportives à Lille ou à Monaco, pour le recrutement de jeunes joueurs à fort potentiel. À Bordeaux, elles sont moins visibles pour l’instant. Et attention à l’aléa sportif, car Monaco a pu sortir le chéquier quand il s’est retrouvé en danger l’hiver dernier. Est-ce que les actionnaires des Girondins le feraient dans une situation comparable ? ».

Sud Ouest

Réagissez à l'article ↓

Please Login to comment
  Subscribe  
Me notifier des