Camille Surdez : « J’ai eu des difficultés à m’adapter au haut niveau, il y a eu des moments compliqués en étant loin de la famille »

Camille Surdez

Camille Surdez est revenue sur sa première saison passée aux Girondins de Bordeaux. « C’était une belle année, une belle expérience. Après, c’est vrai que c’était une année plutôt compliquée au niveau footballistique parce que je n’ai pas eu beaucoup de temps de jeu, mais c’est une année pour apprendre et pour l’expérience ».

L’attaquante bordelaise s’exprima sur le niveau du championnat français. « Le niveau du championnat français ? Oui, il est vraiment au-dessus par rapport à la Suisse, c’est un monde entre les deux. Il y a tout qui va plus vite, il y a moins d’espaces, des joueuses très talentueuses, très expérimentées… Quand on joue contre Lyon, on joue contre la meilleure équipe du monde […] Si, j’ai eu des difficultés à m’adapter au haut niveau. Je pense que j’ai pris six mois à m’adapter, aussi aux entrainements parce qu’ils font des choses différentes. La vitesse d’exécution aussi… Mais on s’y fait vite ».

Comme elle le dit précédemment, elle n’eut pas beaucoup de temps de jeu, de quoi gamberger. « Lorsqu’on joue peu, c’est un gros travail mental, il ne faut pas perdre la motivation et s’entrainer tous les jours comme si on devait jouer le week-end : être prête à tout moment. C’est vrai que mentalement il fallait être prête, et prête aussi physiquement. Il y a eu des moments compliqués en étant loin de la famille, surtout au début. Quand ça devient un peu difficile, on se dit qu’on aimerait bien être à la maison, parce qu’on y est bien avec nos parents. Après, je pense que j’ai quand même l’habitude, sachant que je suis partie à 13 ans en centre de formation. C’est quelque chose qu’il faut surpasser ».

RTN

Retranscription Girondins4Ever

Réagissez à l'article ↓

Please Login to comment
  Subscribe  
Me notifier des