Willy Sagnol : « Lorsqu’un entraineur français arrive dans un club français, déjà on dit que ça serait bien que tu récupères tout le staff existant parce que ça éviterait de payer… »

Eric Bedouet Sandy Guichard et Willy Sagnol

Sur le sujet des entraîneurs étrangers qui arrivent en Ligue 1, comme Andre Villas-Boas à Marseille, Willy Sagnol s’est exprimé sur la sévérité de Raymond Domenech pour les diplômes de ces entraineurs, comme ce fut le cas avec Ricardo aux Girondins de Bordeaux. Tout en sous-entendant qu’on lui a imposé tout un staff au FCGB.

« Raymond Domenech est dans son rôle quand il parle. C’est le patron du syndicat des entraineurs. C’est normal qu’il soit dans son rôle. C’est normal qu’il défende… Moi ce que je constate, c’est qu’on a un mec comme Villas-Boas qui arrive, il peut venir avec 6, 7, 8 adjoints. Et ça passe. Alors que lorsqu’un entraineur français arrive dans un club français, déjà on dit que ça serait bien que tu récupères tout le staff existant parce que ça éviterait de payer. Allez on t’accorde quand même un adjoint. tout ça, ce sont des choses que j’ai touchées. La problématique des entraineurs français pour développer leur staff, pour dire ‘moi je veux ça, ça et ça’ et qu’on te dit ‘écoutes, ça oui, ça non, ça non et ça non’. Et tu n’as pas le choix. Et si tu ne veux pas, et bien tu ne viens pas ».

« Le premier critère quand tu vas à l’étranger et ça a été fait dans des réunions officielles, le premier critère qui fait qu’il y a trop peu d’entraîneurs français qui vont à l’étranger, ça n’a rien à voir avec les compétences mais c’est parce qu’ils ne parlent aucune langue. C’est le premier critère. Tout le monde dit, les français, vous savez former les joueurs de la meilleure des façons. À l’étranger il y a plus de travail et d’exigence ? Ce n’est pas la faute de l’entraineur. Ce sont les clubs. Je l’ai vécu ».

RMC

Retranscription Girondins4Ever

Réagissez à l'article ↓

Please Login to comment
  Subscribe  
Me notifier des