Christophe Monzie : « Pas une seule fois Bordeaux a réussi à être dangereux sur les corners… »

Christophe Monzie

Christophe Monzie, journaliste pour ARL, est revenu sur le dernier match des Girondins et ce Nîmes-Bordeaux (2-1).

« Les affaires ne s’arrangent pas et ça aurait pu être pire si le TFC avait battu Lille, les toulousains auraient été ex-aequo avec les Girondins. Cela faisait 40 ans que Nîmes n’avait plus battu Bordeaux. Samedi, c’est une équipe jeune qui a battu les Girondins. A part le vétéran Hervé Lybohy qui a 36 ans… C’était le seul titulaire âgé de plus de 27 ans dans cette équipe, donc cela donne une idée qu’avec une équipe relativement jeune mais avec un dosage savant, on arrive aussi à faire des bonnes choses. Le tout, c’est de trouver justement ce bon dosage et de ne pas mettre des trop jeunes joueurs. Maturité et gestion. Ils n’ont pas été si flambants que ça. Les crocodiles restent sur cinq victoires et deux matches nuls à la maison. A la mi-temps, Nîmes n’avait eu le ballon que 38% du temps, au niveau des corners les bordelais ont largement dominé notamment en seconde mi-temps. Autant les nîmois n’ont eu besoin que de deux corners, et Bordeaux n’en a pas pris une seule fois un de la tête. Là aussi, il faut se poser les vraies questions, pour savoir pourquoi la défense nîmoise a réussi à dégager de la tête tous ces corners. Pas une seule fois Bordeaux a réussi à être dangereux sur les corners. On a bien cru assister à une très grande première lorsque Nicolas De Préville a réussi un coup franc monumental, qui est allé fracasser le poteau gauche de Paul Bernardoni qui était archi battu. Vingt minutes plus tard ça a été d’ailleurs au tour d’Otávio de toucher le poteau après une belle action collective. Evidemment, si Bordeaux a un tantinet de réussite, ça peut être un tout autre match. C’est vrai qu’en première période, les actions furent bordelaises, la possession aussi, on a vu une équipe girondine tenter des choses, mais toujours avec les mêmes travers et les mêmes faiblesses, ce déchet incroyable dans la finition. Parfois en raison de la malchance, mais d’autres fois en raison de la maladresse. On n’est pas souvent passé en un contre un balle au pied […] Au rayon des satisfactions, je retiens le premier but de Josh Maja. Il est très bien amené, la façon dont il est construit et conclu, une action d’école […] Le positif c’est ce premier but de Josh Maja et ces intentions affichées en première mi-temps ».

ARL

Retranscription Girondins4Ever

Réagissez à l'article ↓

Please Login to comment
  Subscribe  
Me notifier des