Christophe Dugarry : “Avec Toni, j’avais pris un plaisir ! Si vous voulez que les joueurs vous donnent quelque chose, proposez leur du jeu !”

    Christophe Dugarry

    Christophe Dugarry estime que comme le fait l’Ajax, il faut proposer du jeu pour pouvoir exister en Ligue des Champions. Une chose qu’il n’a a son goût trop peu connu au cours de sa carrière, c’était à Bordeaux sous les ordres de Toni.

    « J’ai souvent dit que c’était la compétition la plus spectaculaire, la plus intéressante à suivre, la Ligue des Champions. Dans le dernier carré, on voit voir les équipes les plus portées vers le jeu, ce que je réclame. Qui n’aime pas le jeu ? Aujourd’hui, après ma carrière et dans le fait de travailler dans les médias, c’est vraiment ce qui me motive, ce qui me donne envie de parler tous les jours à la radio, c’est d’avoir vu un bon match, de m’être régalé. C’est vraiment important pour moi de voir des bons matches pour continuer à travailler comme ça, avec autant d’envie et de passion. Et ce que j’ai vu avec l’Ajax, forcément ça me régale… Ces entraineurs qui portent le jeu vers l’avant, et qui ont des soucis de créer du jeu […] Arrêtons de calculer ! Les gens ont envie de voir un spectacle, qu’ils gagnent ou qu’ils perdent, presque qu’on s’en fiche ! Proposez-nous du football, de l’envie, du spectacle, c’est ce qu’on a envie d’avoir ! Vous n’allez pas tous gagner de toute façon. Moi, je rêve des équipes déséquilibrées, c’est le football que j’ai envie de voir. J’en ai marre de l’équilibre, c’est horrible. Je n’ai connu qu’un seul entraineur qui m’a proposé ça dans ma carrière, c’est Toni, le portugais. Il avait été entraineur de Benfica, il avait marqué une centaine de buts avec Benfica, une équipe ultra offensive. A l’entrainement, on ne faisait que du jeu offensif, que des combinaisons, que du travail d’attaquant. Il y avait un minimum du travail pour les défenseurs, à savoir défendre en un contre un, avec des mecs costauds derrière, mais du jeu, offensif ! Alors, je ne me souviens plus de la saison qu’on avait faite, mais je me souviens du plaisir qu’on avait pris. J’avais pris un plaisir ! C’était génial ! Il y avait Zizou, le petit brésilien Valdeir, on s’était régalé ! C’est important pour les joueurs… Si vous voulez que les joueurs vous donnent quelque chose, proposez leur du jeu ! ».

    RMC

    Retranscription Girondins4Ever

    Entraineur – António José Conceição Oliveira (Toni)