Eric Bédouet : « On s’aperçoit qu’ils ne sont pas cramés physiologiquement, mais psychologiquement ils le sont »

Eric Bédouet

Après la défaite en Europa League 2-1 face au Zenit, il faudra bien récupérer aussi bien physiquement que mentalement pour aborder comme il le faut le match de championnat face à Nice comme l’évoque Eric Bédouet« C’est le plus difficile. Il faut réparer les têtes aussi, il y a des dégâts un petit peu aussi dans des matches comme ça. La première mi-temps était très bien, on a un peu voulu faire ça, jouer comme ça, d’essayer de les provoquer et les empêcher d’avoir le ballon. C’est une équipe qui, quand elle a le ballon, et très, très bonne. Par contre, ils n’aiment pas trop courir après le ballon… On a bien réussi notre travail. En seconde ce n’était pas pareil, mais on ne peut pas faire la même chose tout le temps parce que… Ils ont dû se faire remonter les bretelles. On a eu un peu de mal à les contenir pendant un petit moment, et après c’était un match où on devait largement prendre un point, c’est dommage. Maintenant, il faut réparer les têtes, les corps, c’est compliqué. Mais cela fait partie du métier. Quand on s’est qualifié, on leur avait dit que ça allait être une expérience très enrichissante si on passe, mais ça va être compliqué… L’enchainement des matches… On leur a dit qu’il allait y avoir des moments difficiles. Là, on est dedans. Cela fait partie du métier. On le sait, on l’avait prévu. Moi, ce que je souhaite, c’est que les jeunes joueurs, qui vont faire soi-disant une belle carrière, qu’ils progressent vite. Il faut progresser vite, vite, vite ». 

Il faudra basculer d’une compétition à une autre avec une série européenne qui n’aidera pas dans les têtes des joueurs bordelais. « C’est déjà de récupérer physiquement. Dans les têtes de se régénérer. Le problème de ces matches-là c’est physique, mais c’est surtout les têtes. Il faut vite régénérer. On s’aperçoit quand on fait les tests que l’on voit des joueurs fatigués, on se dit qu’ils sont cramés. On fait passer les tests, et on s’aperçoit qu’ils ne sont pas cramés physiologiquement, mais psychologiquement ils le sont. Là, on recommence une série après la trêve donc on ne peut pas dire qu’ils soient entamés, mais des matches comme ça, ça peut mettre la tête un peu sous l’eau. Mais bon, il faut agir, et ne pas non plus dramatiser ». 

Retranscription Girondins4Ever

Réagissez à l'article ↓

Please Login to comment
  Subscribe  
Me notifier des