Luc Arrondel : « Les fonds américains se disent qu’il y a peut-être de l’argent à faire »

Joseph DaGrosa

Luc Arrondel, économiste spécialiste du football a évoqué l’arrivée des Américains de GACP à Bordeaux et ce qui les a attiré. Cependant l’investissement n’est pas sans risque mais ils espèrent quand même en tirer un beau profit. « Pendant longtemps, il était acquis que les clubs de football ne généraient guère de profits. Mais le contexte change : les droits télévisés explosent, les recettes de sponsoring et de marketing aussi, le marché des transferts permet de réaliser de belles opérations en revendant des joueurs, et du coup, les fonds américains se disent qu’il y a peut-être de l’argent à faire […] Parier sur le foot reste incertain et compliqué. Le contexte actuel milite d’ailleurs pour la création d’une Super League fermée, comme aux États-Unis, où sont générés de vrais profits. Les investisseurs anticipent-ils cette évolution ? Leur stratégie n’est pas toujours facile à lire. Une seule certitude : ils ne viennent pas par simple amour du sport ».

 

La Croix

Réagissez à l'article ↓

Please Login to comment
  Subscribe  
Me notifier des