Thierry Granturco : « Ils vont faire un maximum de cash, jusqu’au jour où ils décideront que maintenant ils peuvent vendre le club avec une grosse plus-value »

Joseph DaGrosa

Avec les taux d’emprunts qui seront effectués par GACP pour racheter les Girondins de Bordeaux, les Américains devront avoir une rentabilité assez rapidement sous peine d’être dans la difficulté pour rembourser l’emprunt. Pour l’avocat Thierry Granturco, ce modèle de business plan tourne principalement autour de l’achat et la vente de joueurs pendant les mercatos. « C’est déjà basé essentiellement sur le trading de joueurs puisqu’ils n’ont pas vraiment d’autres possibilités de monter ce genre d’opération sans compter des retours sur investissements via les transferts. Ils font des calculs relativement simples. Ils constatent que le nombre de transferts internationaux augmente en nombre et en chiffres. On est sur du 300% en termes d’augmentation. Donc, si on fait un calcul à court terme, comme c’est le cas de ces investisseurs, on se dit « pourquoi on n’en bénéficierait pas aussi ? » ».

Les Américains pourraient donc compter sur le marché des transferts pour obtenir une rentabilité plus rapide, un peu comme le fait Lille depuis son rachat. « Vous avez des traders qui ne veulent rien construire du tout. Ce sont des gens qui descendent dans le milieu du foot et qui veulent des retours sur investissements vite. Ils ne peuvent pas construire comme ça. Quand on voit Gérard Lopez, il va probablement vendre Bamba et Pépé, s’il ne le fait pas en janvier, il le fera l’été prochain, il va encaisser tout ce qu’il peut encaisser et il continuera l’année d’après, en espérant avoir deux-trois joueurs. Il n’a aucune envie de construire. Pour moi, c’est un trader. On le retrouverait dans d’autres secteurs. Ces investisseurs, ils vont faire un maximum de cash, jusqu’au jour où ils décideront que maintenant ils peuvent vendre le club avec une grosse plus-value ».

 

Footmercato

Réagissez à l'article ↓

Please Login to comment
  Subscribe  
Me notifier des