Pierre Hurmic : « Les partenariats, la billetterie, et le merchandising. C’est précisément ce qui ne marche pas aujourd’hui ! »

bandicam 2018-10-12 11-09-06-358

 

Pierre Hurmic n’a vraiment pas été convaincu par le discours de Joseph DaGrosa devant les élus. L’avocat et élu de Bordeaux Métropole n’arrive pas à comprendre comment l’américain peut réussir dans trois domaines qui ne fonctionnent pas jusqu’à maintenant.

 

« J’ai trouvé Alain Juppé un peu naïf. Alain Juppé a dit qu’il avait demandé à Monsieur DaGrosa des engagements pas juridiques mais moraux. On est dans le domaine des affaires ! Les engagements moraux dans le domaine du business, c’est un oxymore. Ces engagements moraux de Monsieur DaGrosa n’ont strictement aucune valeur, aucune portée juridique. Il dit qu’en cas de défaillance les loyers seront payés en priorité. Monsieur DaGrosa ne connait pas le droit français. En cas de faillite du club, ce n’est pas lui qui choisit les créanciers prioritaires, c’est la loi. Et les créances de loyer ne sont pas prioritaires malgré toute la bonne volonté de Monsieur DaGrosa […] Pareil, quand on l’interroge sur les futures recettes du club… Il a dit qu’ils ne feraient pas de trading de joueurs, et qu’ils croyaient beaucoup aux trois autres ressources de revenus ; les partenariats, la billetterie, et le merchandising. C’est précisément ce qui ne marche pas aujourd’hui. Le gestionnaire du grand stade a perdu des sommes considérables, ça ne marche pas ! M6 a perdu de l’argent là-dessus, SBA perd de l’argent aussi, et Monsieur DaGrosa explique qu’il va gagner principalement de l’argent là-dessus… Ça ne convainc pas. Il va falloir rembourser les emprunts à Fortress, 95 millions d’euros avec 9.5% de taux d’intérêt, avec des charges financières nouvelles importantes engendrées par le montage de reprise qui nous est proposé ».

 

Bordeaux Métropole

Retranscription Girondins4Ever

 

Réagissez à l'article ↓

Please Login to comment
  Subscribe  
Me notifier des