Alain Juppé : « Si nous refusions la main levée, l’avenir des Girondins était très certainement la quasi disparition »

bandicam 2018-10-12 11-19-30-303

 

Alain Juppé est revenu sur sa demande d’explications aux américains suite à sa prise de connaissance du rapport de la DNCG. Il revient donc sur les doutes qui ont été soulevés par la Direction Nationale du Contrôle de Gestion. « La question qui a été longuement discutée c’est celle de l’avenir du club, de sa pérennité, de son ambition sportive, du projet sportif du repreneur. Sur ce point, nous ne sommes pas partie prenante. Nous n’avons pas à nous prononcer juridiquement sur ce projet sportif. Mais c’est une question qui ne peut pas nous laisser indifférent compte tenu de l’histoire de ce club, prestigieuse depuis bien des décennies, compte tenu de ce qu’il occupe au niveau de la ville et ce qu’il représente pour un très grand nombre de bordelaises ou de bordelais, d’aquitains […] La Direction Nationale soulevait un certain nombre de points. Elle faisait remarquer par exemple que l’endettement du club après cession restera au même niveau qu’avant cession, contrairement à ce qui avait pu apparaître dans un premier temps. Il est vrai que la dette vis-à-vis d’M6 est effacée, mais le club se ré-endette pour alimenter son budget, notamment auprès d’un fonds d’investissement Fortress. Dans ce rapport, il était fait état des charges de fonctionnement du club de 10 millions d’euros dès la première saison. Nous étions fondés à savoir ce que cela signifiait, à savoir si le club se privait de 10m€ par rapport aux prévisions budgétaires faites par M6. Nous avons reçu une lettre rectificative de la DNCG qui, après information complémentaire du club, a constaté qu’en réalité il n’y avait pas d’économie de charges et que ces 10M€ correspondaient à des dotations aux amortissements, qui ne correspondent pas à une diminution des charges de fonctionnement […] La DNCG dit que l’investissement de 80 millions d’euros sur les deux prochaines saisons est déterminant pour la réalisation de son plan d’affaires. Elle suggère une augmentation des capitaux propres du club de manière à avoir un ratio dettes-capitaux propres qui soit meilleur que celui qui figure dans l’actuel plan d’affaires […] Enfin, elle évoque l’équipe dirigeante, en souhaitant qu’elle ait une expérience éprouvée du monde du football français et européen ».

 

En plus de répondre à toutes ces interrogations, il semblerait que Joseph DaGrosa ait fait une bonne impression aux élus et surtout au Maire de la ville. « J’estime que Monsieur DaGrosa a exprimé une forte empathie pour la ville de Bordeaux et pour ce club, un fort engagement, la volonté d’en faire un club qui figure au plus haut du tableau en Ligue 1. Il a confirmé qu’en cas de défaillance GACP rembourserait par priorité Bordeaux Métropole par rapport à tous les autres créanciers éventuels du club ».

 

Enfin, Alain Juppé a confirmé que « si nous refusions la main levée sur la lettre d’intention, quel est l’avenir du club dans les deux ou trois ans qui viennent ? C’est très certainement la quasi disparition ».

 

Bordeaux Métropole

Retranscription Girondins4Ever

Réagissez à l'article ↓

Please Login to comment
  Subscribe  
Me notifier des