Alain Anziani : « Entre une mort quasi immédiate et un risque important à cinq ou dix ans, il vaut mieux assurer la survie »

Alain Anziani

Alain Anziani, premier vice-président socialiste de Bordeaux Métropole, s’est exprimé sur l’audition de cet après-midi de Joseph DaGrosa, avant le vote de demain par Bordeaux Métropole, sur le sujet du rachat des Girondins de Bordeaux.

« Sous réserve de ce qui peut se dire lors des auditions de jeudi, j’estime que nous avons les garanties suffisantes. Après, il y a une question plus politico-sportive : celle de la pérennité du club. Quand j’entends dire que M. DaGrosa le revendra dans cinq ou dix ans, ce n’est pas ce que l’on peut souhaiter pour les Girondins. En même temps, si on ne vote pas, vendredi, en faveur de la cession, le club risque très vite de se retrouver moribond car M6 voudra se désengager. Entre une mort quasi immédiate et un risque important à cinq ou dix ans, il vaut mieux assurer la survie ».

Sud Ouest

Réagissez à l'article ↓

Please Login to comment
  Subscribe  
Me notifier des