Christophe Monzie : « On ne peut pas se permettre un tel déchet en Coupe d’Europe »

Christophe Monzie

Christophe Monzie, journaliste pour ARL, est revenu sur la défaite des Girondins, et ce Bordeaux-Copenhague.

« Sud Ouest dit que c’est déjà compromis, L’Equipe dit que la poisse s’en mêle. Il y a beaucoup de vrai dans tout ça, mais pas que. Je ne pense pas qu’on puisse résumer cette défaite des Girondins à simplement un manque de chance tenace, même si c’est incontestable, même si pour les observateurs il est clair que Bordeaux ne mérite pas de perdre. C’est évident. Personne ne contestera l’injustice de cette défaite. Maintenant, je pense qu’il y a d’autres explications à cette seconde défaite en autant de matches disputés, qui rend la mission qualification extrêmement aléatoire désormais […] Benoit Costil dit que Bordeaux n’est pas encore éliminé, tant qu’il y a de la vie, il y a de l’espoir. Après, on est quand même parti sur les mêmes bases que celles d’il y a trois ans lors de la précédente campagne quand on était dans la poule de Sion, du Rubin Kazan et de Liverpool, et on connait la suite : on n’a pas gagné un match. Cela fait onze matches que Bordeaux n’a plus gagné en phase de poule en Coupe d’Europe. La dernière fois qu’ils ont gagné, c’était un match dans l’autre stade, le stade Chaban Delmas. Une victoire à la dernière minute contre l’Apoël de Nicosie, en octobre 2013, un but de Carlos Henrique dans le temps additionnel. Dès les premières minutes, je ne sentais pas trop ce match. Autant, huit jours plus tôt contre Lille, on s’était dit qu’il allait se passer quelque chose, et il s’est passé quelque chose avec un Costil qui a sorti le match de l’année. Autant contre Copenhague, les premières frappes bordelaises n’ont pas été cadrées, Kamano n’a trouvé que la transversale… Oui, il y eut la générosité dans l’effort, oui le manque de chance, oui les deux tirs sur les montants… […] Ce n’était pas un match pour Jimmy Briand, on ne l’a que très peu vu, à part sur ce penalty très généreux. On regrette que Cornelius et Karamoh ne soient pas rentrés plus tôt parce qu’il n’y avait pas 30 secondes qu’ils étaient sur le terrain que tout de suite il y a une occasion nette. Bordeaux a eu trop de déchet technique, parfois sous la pression de l’équipe danoise, mais il y avait aussi que Bordeaux manquait de transversalité. On ne remontait pas les ballons assez vite en première mi-temps. On a mis trop de temps, il y avait toujours un toucher de balle supplémentaires, ou des passes ratées qui étaient faciles. On ne peut pas se permettre un tel déchet en Coupe d’Europe. En championnat, ça peut passer contre la dernière attaque de Ligue 1 comme le Stade de Reims, mais là tu ne jouais pas Reims. Mais une équipe qui a joué plus de matches que toi en ligue Europa, à laquelle il est très difficile de marquer des buts, et en plus on mettait trois heures pour remonter le ballon… La seule fois où on l’a remonté très vite, il y a eu le penalty […] Enfin, on n’a pas le droit à la 93ème minute de laisser un joueur à l’angle des 5.5m sur une touche… Ce n’est pas la première fois qu’on prend des buts sur une touche, c’était déjà arrivé à Toulouse. On a commis des erreurs tellement naïves et grosses que malgré toutes ces occasions, c’était difficile de gagner ».

ARL FM, Top Girondins

Retranscription Girondins4Ever

Réagissez à l'article ↓

Please Login to comment
  Subscribe  
Me notifier des