Nicolas Florian : « On est interpellé, on se pose des questions, on doit vérifier que le projet tienne la route »

Alain Juppé Nouveau Stade2

Nicolas Florian, adjoint au maire de Bordeaux, était plutôt optimiste jusque-là quant à la cession des Girondins de Bordeaux et surtout de la garantie de paiement des loyers du Matmut Atlantique par GACP. Cependant, cette vente va plus loin qu’une simple garantie pour les loyers, elle touche également la ville et l’adjoint de Monsieur Alain Juppé a également noté quelques incertitudes et questionnements qu’il relèvera certainement lors de l’audition de Monsieur Joseph DaGrosa le 11 octobre.

« Il y a l’avis qui a interpellé Alain Juppé, et il y a aussi un contexte, une ambiance, et c’est là-dessus qu’on s’aperçoit que les Girondins font partie du patrimoine culturel de la ville, du département. Alain Juppé a vite vu qu’il n’y avait pas que la question de la cession, mais ce qu’allait devenir ce club, dans quelles conditions il allait être gouverné, quel était le montage… Et il a entendu des gens autour de lui qui voulaient en savoir un peu plus. La décision prise est juste et heureuse […] Sur le sujet, on a reçu toutes les garanties, au même titre que ce que garantissait M6, le nouvel acquéreur apporte les mêmes garanties sur le montant du loyer. Alain Juppé va plus loin, il veut entendre et permettre à tous ceux qui ont la responsabilité de voter, de poser des questions, d’interroger Monsieur DaGrosa et de savoir ce qu’il veut faire du club […] Je suis moins catastrophiste, le discours d’Alain Juppé n’est pas de dire ‘on arrête tout’, sinon il l’aurait dit. Alain Juppé veut en savoir un peu plus, et permettre aux uns et aux autres d’avoir le même niveau d’informations. Les garanties sont apportées sur le paiement du loyer, ce sont les mêmes actes juridiques que la lettre d’intention qu’avait produite M6. Là, c’est surtout permettre à Monsieur DaGrosa de s’exprimer, de convaincre. On aurait pu garder une posture en retrait dès lors que le Président de Bordeaux Métropole avait la garantie qui le concernait, il aurait très bien pu dire que ce n’était pas son sujet. Plus le dossier a avancé, plus Alain Juppé a considéré que ce n’était pas suffisant. Moi, je suis plutôt optimiste, au final, et j’espère que Monsieur DaGrosa et son équipe arriveront à lever les doutes qui ont pu s’installer ici ou là, et qu’ils reprécisent bien surtout ce qu’ils veulent faire du club. On ne peut pas lui reprocher de vouloir faire de l’argent, pas une entreprise en France ne veut perdre du pognon. Là-dessus, qu’on nous précis l’objectif et les prospectives de développement du club […] On est interpellé, on se pose des questions. Ce n’est pas neutre qu’Alain Juppé décale de 10 jours le vote, et qu’il demande une audition, ce n’est pas neutre. Il y a des interrogations et le rapport de la DNCG interpelle aussi. C’est pour ça qu’on souhaite véritablement qu’il y ait une audition, un échange, et peut-être peaufiner le modèle qui nous est présenté. Je ne veux pas rentrer dans une grande bataille de chiffres mais je retiens aussi que Monsieur DaGrosa dit qu’il va investir 80 millions d’euros. Oui, il est emprunte, mais quand j’ai acheté ma maison, j’ai emprunté, je n’ai pas acheté cash. Oui, j’étais proprement solvable, mais enfin là aussi je ne veux pas faire de procès en sorcellerie. On doit prendre toutes les précautions, on doit vérifier que le projet tienne la route. Et après il y a l’aléa sportif… Ils ne pourront pas faire pire que ce que l’on a eu jusqu’à aujourd’hui avec le budget de 60 millions d’euros ».

France 3 Aquitaine

Retranscription Girondins4Ever

Réagissez à l'article ↓

Please Login to comment
  Subscribe  
Me notifier des