Christophe Monzie : « Cela remonte à un temps que les moins de 50 ans ne peuvent pas connaitre… »

Christophe Monzie

 

Journaliste pour ARL, Christophe Monzie est intervenu dans Top Girondins, vis-à-vis de la rencontre du club au scapulaire du jour, face au Stade de Reims.

« Noir c’est noir, espérons que ce soit un match qui pétille… Ce 16 décembre 1962, c’est la date où la dernière fois que les Girondins se sont imposés dans un stade qui à l’époque avait une piste cyclable. Cela fait 56 ans… Cela remonte à un temps que les moins de 50 ans ne peuvent pas connaitre. Il y a eu cette espèce de miracle en 2007, une victoire en Coupe de la Ligue 1-2. Mais hormis ce match, en championnat, on n’a jamais réussi là-bas. Non seulement on a perdu, mais on a aussi très souvent déjoué, on est souvent passé totalement à côté du match. C’est une équipe qu’on ne sait pas jouer, et surtout du temps où Nicolas De Préville œuvrait en son sein, il nous faisait souvent des misères. Nico est aujourd’hui du côté bordelais, cela peut être un match pour lui, ou peut-être Cornelius dont on attend qu’il soit ce briseur de remparts. On va se heurter à une équipe qui n’a pris que cinq buts, même si elle n’en marque que très peu aussi […] L’équipe est cependant un peu en perte de dynamique. Elle a survolé la Ligue 2 l’année dernière mais la Ligue 1, ce n’est pas la même musique. Les Girondins sont sur une bonne dynamique, il ne faut pas que ces dynamiques se croisent, et il faut que celle des Girondins continue. Il ne faut surtout pas penser au passé, les joueurs n’y penseront pas, mais il y a quand même quelque chose d’impalpable qui fait que dans ce stade, franchement… Les premières minutes seront importantes ».

ARL FM, émission Top Girondins

Retranscription Girondins4Ever

Réagissez à l'article ↓

Please Login to comment
  Subscribe  
Me notifier des