Christophe Monzie : « Ce qui s’est passé à la mi-temps prouve aussi que les joueurs n’ont pas tout à fait la tête au jeu »

Benoit Costil

Christophe Monzie est revenu sur l’information de l’échange entre Benoit Costil et les supporters bordelais, à la mi-temps du match des Girondins face à Nîmes. Pour le journaliste, elle traduit l’instabilité qu’il règne au club depuis de nombreuses semaines.

« Ce qui s’est passé avec Benoit Costil à la mi-temps a tranché avec Jaro Plasil qui était le seul joueur pratiquement à venir saluer le Virage Sud. Cela prouve aussi que les joueurs n’ont pas tout à fait la tête au jeu, au terrain. Un peu tiraillés entre un avenir que l’on dit certain du côté du Maire de Bordeaux… Mais ce n’est pas du tout l’avis des supporters. On a vu fleurir des banderoles tout autour du stade. ‘Not Welcome, ou Hands off’, et pendant le match aussi avec cette banderole : ‘GACP, le mirage américain’. Alain Juppé a répondu, mais tout cela ne contribue pas à la sérénité autour du club. Les joueurs l’assurent, qu’ils sont confiants -même s’ils ne vont pas dénigrer leur employeur- mais quand même, il y a des zones d’ombre, des choses curieuses, des silences, des discours qui détonnent avec ceux qu’on a eu l’habitude de connaitre dans la gestion de ce club depuis deux décennies. Le discours de Joe DaGrosa ne ressemble pas vraiment à celui de Nicolas de Tavernost. La philosophie non plus. ‘On va faire de l’argent’, il l’a dit, ce ne sont pas des philanthropes. Si les joueurs ne sont pas au niveau, on s’en séparera, peut-être même à l’occasion d’un mercato hivernal qu’on peut envisager assez actif. Je ne serais pas étonné que l’on dégraisse, si certains joueurs en qui on a placé beaucoup d’espoir, et pour lesquels on a fait beaucoup d’efforts pour les conserver, ne justifient pas ces espoirs placés en eux ».

ARL

Retranscription Girondins4Ever

Réagissez à l'article ↓

Please Login to comment
  Subscribe  
Me notifier des