Gaëtan Laborde : « Je n’ai pas été considéré, mais toujours remis en question »

 

Formé aux Girondins, Gaëtan Laborde est un pur produit du centre. Et pourtant, son début de carrière n’a pas toujours été facile. Invité sur le plateau du Vestiaire, il a évoqué sa période à Bordeaux et ce qui l’a poussé à accepter l’offre de Montpellier.

« J’ai fais dix ans en professionnel avec Bordeaux en formation. Sinon, j’ai fait quatre ans avec des prêts et tout ça. Je vais me donner les moyens pour être titulaire à Montpellier maintenant. Je n’aime pas cette étiquette de vouloir être titulaire à chaque match. Je voudrais donner un nouvel élan à ma carrière. J’espère exploser cette saison. Je voudrais faire une belle saison avec ce club et puis marquer beaucoup de buts, être décisif. A Bordeaux, j’avais l’impression de stagner sur ce point de vue-là. Quand j’ai eu la chance de rejoindre Montpellier, je l’ai saisie directement. Je pense que c’est un autre palier différent. Montpellier, c’est un bon club, très structuré. Aujourd’hui, pour moi, c’était important de changer de statut dans l’équipe. A Bordeaux, j’avais toujours ce statut du jeune de la formation. Je pouvais faire un très bon match, le club cherchait toujours un attaquant pour jouer à mon poste. Cela a duré un an, deux ans, trois ans. Je n’ai pas été considéré, mais toujours remis en question. Même quand j’ai fait une saison en étant meilleur passeur et meilleur buteur de l’équipe, l’année d’après, ils me font venir trois attaquants. C’est toujours ce manque de considération-là qui m’a poussé à partir. Ils l’ont fait une fois, deux fois, après on cherche une porte de sortie. Le coté financier est vraiment passé au second plan. Je voulais vraiment jouer, m’épanouir et vraiment montrer à tout le monde et à tous les matches que je peux être un très bon attaquant de Ligue 1. A Bordeaux, on ne me laissait pas l’opportunité. Je n’en veux à personne à Bordeaux. C’est comme ça dans tous les clubs, c’est récurrent. Les clubs ont beaucoup de mal à laisser le champ libre à un jeune du centre pour différentes raisons. Je trouve ça dommage. J’ai un poste qui demande beaucoup d’exigence. A Bordeaux, un club historique, peut-être qu’il fallait un grand attaquant devant. Je pense qu’avec la pression des supporters et des dirigeants, cela a dû peser ».

 

Retranscription Girondins4Ever

SFR Sports

Réagissez à l'article ↓

Please Login to comment
  Subscribe  
Me notifier des