Vieira Jussiê : « Moi, ma règle, c’était : jamais deux jours avant un match et jamais durant les deux jours après »

Comme il nous l’avait raconté dans un interview Girondins4Ever il y a quelques mois, Vieira Jussiê est revenu sur sa passion pour le vin. « Je suis arrivé en France à Lens en 2005. Là-bas, c’est plutôt la culture de la bière. Je n’avais pas de culture du vin. Ensuite, j’ai signé à Bordeaux en 2007. Le président du club, Jean-Louis Triaud, nous versait des primes de match en vin, en gloria et en saint-pierre. Après la fin de ma carrière pro, je n’avais pas envie de rester dans le foot, j’avais envie de faire autre chose. J’ai arrêté à 33 ans. Je me sentais encore bien, mais des possibilités de reconversion se sont présentées. J’ai saisi l’occasion. En parallèle du foot, j’avais commencé à faire de l’exportation de vin vers le Brésil. Aujourd’hui, ma société est basée à São Paulo, j’ai huit personnes sur place. Je représente 45 domaines de Bourgogne, j’en assure la distribution ».

 

Joueur professionnel aux Girondins de Bordeaux, il raconte comment il conciliait le vin et le football. « Moi, ma règle, c’était : jamais deux jours avant un match et jamais durant les deux jours après […] Au Brésil, le vin est un secteur porteur dans le cadre d’un art de vivre, mais cela reste en revanche extrêmement rigide pour les sportifs. Un joueur de football qui sort boire un verre d’alcool avec sa femme la veille d’un match, eh bien, le lendemain, c’est écrit dans les journaux ! ».

Sud Ouest

Réagissez à l'article ↓

Please Login to comment
  Subscribe  
Me notifier des