Benoît Costil : « Dire qu’il y a le feu, ça n’est pas du tout le cas »

Benoît Costil est revenu sur le derby contre Toulouse, perdu 2-1 au stadium ce dimanche. Le portier Bordelais insiste un peu sur le premier but toulousain et affirme qu’il « n’avait pas à être sur sa ligne de but ». Pour finir, il tient à ajouter que le licenciement de Gustavo Poyet n’a pas pesé dans les têtes des joueurs.

« Je trouve que la première mi-temps en cohérente avec des occasions. Ils ont cette occasion sur le poteau mais dans l’ensemble, on peut aussi mener au score 1-0 à la mi-temps mais la lecture du match n’est pas la même […] Sur le premier but ? On a le ballon à la base. Après il met une belle frappe. Désolé mais je n’ai pas à être sur ma ligne de but. Chacun a sa vision du poste du gardien de but. Je trouve qu’il met une belle frappe enroulée qui n’est pas facile. Ce qui est regrettable, c’est qu’on a le ballon à la base. C’est un peu con. Il met une frappe un peu en rupture quand même. Il n’est pas de face. Il enroule bien, il contourne bien le défenseur puis derrière les ballons qui montent, qui descendent. En deuxième mi-temps, il y aurait pu avoir un but sur une frappe du même style et là il n’y a pas eu but. Que voulez-vous dire ? C’est comme ça, c’est le football […] Les gens qui sont autour du club, les supporters du club vont dire que ce n’est pas normal de perdre deux matches de suite. Il faut aussi voir comment on les a perdus. Il faut voir aussi ce qu’on a pu faire en coupe d’Europe, qui est positif. Bien évidemment que le bilan comptable n’est pas celui espéré, c’est une certitude. Maintenant dire qu’il y a le feu, ça n’est pas du tout le cas. Et les évènements de ces derniers jours n’ont pas pesé dans nos têtes ».

ARL 

Retranscription Girondins4Ever

Réagissez à l'article ↓

Please Login to comment
  Subscribe  
Me notifier des