Didier Sénac raconte plusieurs anecdotes sur le tunnel du Parc Lescure

Paddock Girondins Chaban Lescure

Didier Sénac, qui a évolué aux Girondins, s’est souvenu lors d’une interview de ce fameux tunnel de Lescure, le plus long d’Europe. Il raconte. « Moi, ce tunnel, je l’ai découvert au départ avec Lens quand je venais jouer à Bordeaux. Je me souviens qu’on gagne 1-0 une année, et je ne sais pas ce qui se passe dans le tunnel avec Pantelic, le gardien des girondins, mais il se fait expulser et le match d’après, Bordeaux joue à Nantes avec Giresse dans les buts. J’étais à ce match là. Par définition, c’est long un tunnel quand ça chauffe un peu, c’est fermé, tu ne peux pas te sauver, c’est étroit quand tu as 22 joueurs qui sont là. J’y ai vu des joueurs avant le match qui avaient déjà perdu. Tu vois l’attaquant qui n’ose pas te regarder dans les yeux. Tu sens les mecs un peu peureux, pas trop déterminés. Je ne dis pas forcément « on va gagner le match », mais par contre ton duel avec ce joueur là, c’est terminé quoi ».

 

Est-ce que cette particularité du stade était vraiment un avantage pour les joueurs ? « Pas forcément un avantage, mais la présence même d’un tunnel si long, c’est inédit quand même, non ? Ca n’existe nulle part. Plus de 100 mètres de long, tu es coincé là. Ca prête à ça, quoi. Je me souviens une fois, je me fais expulser et Mo Johnston de Nantes se fait expulser en même temps. (NdR : après vérification, il s’agit en fait du gardien David Marraud, le 18 août 1990). Je rentre dans le tunnel mais je l’attends quand même, parce qu’on venait de se chauffer. Et lui, il rentre en courant, mais il me voit et il ressort immédiatement sur le terrain, en courant aussi. Tout le monde a cru que je le poursuivais (rires). Enfin bref. Il y a eu pas mal de choses dans ce tunnel, oui ».

 

Si Didier Sénac a évolué aux Girondins, il a eu l’occasion aussi de connaître ce tunnel avec une équipe adverse. Est-ce que c’était un sujet entre les joueurs dans le vestiaire ? « Quand je venais avec Lens, il ne s’est jamais rien passé dans le tunnel, mais tu sentais quand même qu’à Bordeaux, les arbitres avaient une pression supplémentaire. J’ai vu Bernard Lacombe attraper un arbitre par le col dans le tunnel. Les joueurs poussaient les arbitres, Giresse les insultait. Nous on disait « euh monsieur l’arbitre, ça normalement, c’est rouge hein ». Les mecs étaient terrorisés. C’était l’équipe de Claude Bez, c’était l’équipe qui survolait le championnat. Voilà. Quand tu venais à Bordeaux, c’était déjà un calvaire, c’était déjà compliqué avec l’équipe qu’ils avaient, mais en plus tu avais les arbitres qui étaient conditionnés et qui craignaient le tunnel ».

L’intégralité de l’interview=> iloveyourichardwitschge

Réagissez à l'article ↓

Please Login to comment
  Subscribe  
Me notifier des