Guillermo Di Meola : « Les joueurs sont suivis très tôt grâce à un protocole de travail et de suivi »

p-guillermo_Di_Meola_y_Lucio_Ghirardi

On le sait peu, mais il n’y a pas que des argentins qui peuvent venir en France, grâce au partenariat avec le Proyecto Crecer ; les joueurs peuvent faire le chemin inverse comme nous l’a confié Guillermo Di Meola, directeur du Proyecto Crecer. « C’est possible. C’est une possibilité pour beaucoup de jeunes européens (français) de venir en Argentine afin d’arranger des problèmes techniques, liés au jeu, qui peuvent ne pas être si fréquents en Europe. C’est un autre avantage qu’a Bordeaux d’avoir une filiale en Argentine ».

 

Mais bien évidemment, c’est le chemin Argentine-France qui est le plus souvent effectué. Les jeunes sont suivis depuis leur arrivée au Proyecto, puis sélectionnés par les Girondins de Bordeaux. « Les joueurs sont suivis très tôt grâce à un protocole de travail et de suivi. Les directives de ce protocole de travail et de suivi sont réalisées par les dirigeants du centre de formation du FCGB, au Haillan, et mises en œuvre par les différentes équipes de travail en Argentine. Ce protocole a non seulement le côté sportif, mais aussi plusieurs documents juridiques et administratifs ». Pour cela, Bordeaux a besoin d’une personne de confiance sur place. « En Argentine, le FCGB a un représentant légal pour l’Amérique du Sud, qui visite périodiquement le Proyecto Crecer et met en œuvre toutes les directives de contrôle, suivi des joueurs, gestion et négociation d’accords avec d’autres clubs en Argentine et en Amérique du Sud, sous les directives des Girondins. Il a suivi une formation en France, est bilingue et spécialiste en droit du sport ».

Retrouvez l’intégralité de l’interview Girondins4Ever de Guillermo Di Meola ICI

Réagissez à l'article ↓

Please Login to comment
  Subscribe  
Me notifier des