Le positif et le négatif de Jérôme Dauba concernant la saison 2017-2018 des Girondines

Féminines groupe

Jérôme Dauba, en conclusion de la saison 2017-2018 des féminines des Girondins de Bordeaux, s’est exprimé sur le positif de l’exercice.

« C’est l’état d’esprit de l’équipe. C’est une équipe qui ne lâche rien, qui a été capable d’aller chercher la victoire dans les fins de match face à Marseille, Albi, ou encore une équipe capable de prendre des points face à Fleury dans la fin de match… Je pense que c’est ce qu’on retient de cette équipe, une équipe qui ne lâche rien, qui est difficile à bouger… Pour preuve les problèmes qu’on a posés aux équipes du Top4 sur la seconde partie de saison. On va retenir cet état d’esprit et la progression de l’équipe depuis l’an dernier. Il ne faut pas oublier qu’il y a un an, on jouait le maintien à la même période, donc cela prouve les progrès et un super état d’esprit. C’est ce que tout le monde a noté. Dimanche soir, aux Trophées de la D1, tous les coaches ont été unanimes pour dire qu’on a une équipe avec un super état d’esprit, une équipe qui joue, qui va de l’avant, qui propose du jeu, qui est dure à bouger… ».

 

Puis le coach bordelais parla du négatif. 

« Le négatif, c’est parfois ce manque d’efficacité dans la surface adverse, on n’a pas été capables de tuer des matches clés. On n’a pas eu peut-être cette joueuse d’expérience, celle qui est capable de nous marquer le but pour nous faire basculer du bon côté. Comme le match à Rodez où on mène 2-1, on a les balles de 3-1… On n’a pas eu cet esprit de tueuse pour se mettre à l’abri. Après, ce sont des petits détails mais qui vont aussi nous servir d’expérience. Certes, on prend ce but en fin de match sur une erreur individuelle contre Rodez, mais derrière on n’a pas refait du tout cette même erreur, donc ça a été un axe de progression. Après, on doit vraiment insister sur le fait d’être capable de tuer les matches au bon moment, comme savent le faire les équipes du Top4. Après, c’est normal, on est encore une équipe jeune, on est encore en phase d’apprentissage parce que la D1 reste le très haut niveau. On n’a que deux saisons d’expérience. Les équipes du Top4, cela fait des années qu’elles sont là… Lyon, Paris, Montpellier ne s’affolent jamais dans le jeu parce qu’ils savent qu’ils vont marquer à un moment donné. Nous, parfois, on peut s’inquiéter, et cela peut mettre un peu de doute. Il faut qu’on arrive à trouver cette sérénité, être encore plus sûr de nous pour se dire qu’on peut marquer à n’importe quel moment ».

 

GoldFM

Retranscription Girondins4Ever

Laisser un commentaire