Nicolas Maurice-Belay : « Un petit de dix ans me dit ‘oh, tu es professionnel, et tu n’as pas les derniers Bose ?’ (rires). J’ai bloqué »

Nicolas Maurice-Belay

Nicolas Maurice-Belay, l’ancien milieu de terrain des Girondins de Bordeaux, a été questionné sur la culture footballistique chez les jeunes.

« Je ne connaissais pas vraiment l’histoire entière des Girondins de Bordeaux, mais globalement on connait les plus gros clubs du football français comme Paris et Marseille, et les gros clubs européens. C’est comme ça quand tu es plus jeune […] Qu’Alain Giresse et Jean Tigana ne soient pas reconnus par la jeunesse actuelle ? Il y a des joueurs qui sont méconnus par rapport à leur carrière. Parfois, je me pose la question de savoir si un mec comme Robben, dans vingt ans, on se rappellera de lui ? C’est sur son après carrière si tu vois si tu as vraiment marqué l’esprit des gens ou pas. Par rapport à leur parcours à Bordeaux, Giresse et Tigana ne sont pas assez reconnus. Alain Giresse, le dernier match à Chaban Delmas, c’était lui qui avait fait le coup d’envoi du match parce que c’était le meilleur joueur de l’histoire du club… ».

 

L’ancien bordelais traita des jeunes supporters, et de l’importance de l’apparence pour certains dans le monde du football.

« Il y en a qui me reconnaissent parce que je suis une personne publique – et encore je ne suis pas hyper connu – mais tu as toujours ce sentiment, celui de te demander si on te reconnaît parce qu’Instagram, ou parce qu’on apprécie le joueur… Tu es toujours dans le doute. Maintenant, le côté ‘m’as-tu vu’ de la télé et des réseaux sociaux’, a fait qu’une autre population est venue dans le football, en fait. Tant mieux pour le foot parce que ça fait plus d’argent, mais cela crée des footix. Les footix, ils vont te dire tout et n’importe quoi, il ne faut pas se mentir… C’est pour ça que je trie. Une fois, une dame plus âgée me demande si elle peut faire une photo avec moi, en ajoutant ‘je ne vous connais pas’. Mais pourquoi tu veux faire une photo avec moi ? Elle ne me connaissait pas ! ‘Oui mais mon fils aime le foot’. Tu suis un mouvement de foule parce que des gens font des photos avec moi… J’ai vu trop de personnes venir dans le football parce que c’était un effet de mode. Un autre exemple. Je suis la NBA depuis que j’ai 15 ans. Même mes coéquipiers au centre de formation ne suivaient pas le basket… Et maintenant, sur Instagram, ce sont tous des fans de NBA… Pourquoi ? Parce que ce sont des effets de mode ! Maintenant il faut aimer Lebron James ! Demain le nouveau Tiger Woods, même si tu ne connais pas le golf… Tu as ce sentiment que tout le monde veut être à la page […] Tu as la même chose avec les marques. Quand on regarde ce que tu portes au niveau vestimentaire, la personne te juge en fonction de ce que tu portes. J’avais des écouteurs Bose, mais je n’avais pas les derniers. Et il y a un petit de dix ans qui me dit ‘oh, tu es professionnel, et tu n’as pas les derniers Bose ?’ (rires). J’ai bloqué. Le mec n’a que ça à regarder chez moi (rires) ».

 

ActuFoot75, Foot un point c’est tout

Retranscription Girondins4Ever

Foot,un point c'est tout, émission 3

Troisième émission de Foot,un point c'est tout avec pour thème « La culture foot chez les jeunes et les agents ». Les invités sont Nicolas Maurice-Belay, footballeur professionnel, et Ousmane Doumbia, conseiller sportif. Azedine Djerrari et Jr Abomba à la présentation

Publiée par Actufoot Ile de France sur jeudi 31 mai 2018

Réagissez à l'article ↓

Please Login to comment
  Subscribe  
Me notifier des