Bixente Lizarazu : « Je pouvais arriver à l’entrainement avec du sable, Duga pouvait juste sortir de boite… »

dugarry-3

dugarry-3

Bixente Lizarazu explique dans son livre que « La légende disait que Duga rentrait avec des cotillons dans les poches, alors que moi j’avais ma planche de surf dans le coffre ». Comprenez que lorsque « Liza » arrivait à l’entrainement, il avait déjà fait du surf plus tôt dans la matinée, tandis que « Duga » rentrait lui plutôt de boite de nuit. « Moi, j’étais du matin très tôt… C’était génial à Bordeaux, extraordinaire ces années à Bordeaux, au-delà du plaisir de jouer ensemble… Il y a eu ce match contre Milan, ce trio magique où on jouait les yeux fermés, je ne peux pas l’expliquer. On parlait le même football, c’était simple, cela se faisait de façon fluide. C’est vrai que j’aimais le surf, Duga la fête… Moi je partais très tôt le matin, je pouvais revenir à l’entrainement avec du sable dans les pieds, et Duga, cela pouvait lui arriver, d’arriver à l’entrainement, alors qu’il sortait juste de boite ».

Christophe Dugarry confirme. « C’est pour ça que je ne regrette pas ce que j’ai vécu, parce que je sais ce que j’ai vécu avec mes partenaires, mes copains… Et pour moi c’était l’essentiel. Aujourd’hui, ce qui dirige encore ma vie, c’est un peu ça. C’est ce qui compte dans ma vie, bien plus que les titres ou autres, c’est comme ça ».

 

Sur sa période bordelaise, et plus précisément son changement de poste aux Girondins, Bixente Lizarazu explique.

« Je ne pensais qu’à attaquer, à dribbler, marquer des buts… Et à un moment donné, on m’a dit que je pouvais jouer arrière gauche. Moi, jouer titulaire aux Girondins de Bordeaux… J’ai aimé ça ! J’aimais aller découper les grands, c’était un plaisir ! J’aimais prendre le ballon de la tête au mec qui faisait 1.90m ! J’aimais le mettre à terre, le bousculer, lui mettre un coup d’épaule. Je me régalais dans ça en plus du jeu ! ».

 

RMC

Retranscription Girondins4Ever

Réagissez à l'article ↓

Please Login to comment
  Subscribe  
Me notifier des