Gustavo Poyet : « Ici, on dit beaucoup : Bordeaux, c’est sympa, c’est magnifique, confortable quoi ! Mais non, c’est fini »

Gustavo Poyet
Gustavo Poyet

Gustavo Poyet a trouvé un groupe très marqué lors de son arrivée et a promis de durcir le travail de chacun notamment à l’entraînement. « Ça veut dire qu’il faut tout le temps être ici pour travailler, pour souffrir, pour tout donner. Ici, on dit beaucoup : Bordeaux, c’est sympa, c’est magnifique, confortable quoi ! Mais non, c’est fini : quand tu entres ici, que tu as traversé la route, ce n’est plus Bordeaux. Ici (le centre d’entraînement), c’est une autre ville. Avec mes adjoints on a dit qu’on allait mettre en place ici quelque chose qui n’est pas Bordeaux […] En arrivant, j’ai beaucoup travaillé sur l’aspect mental. L’important, c’était de trouver un groupe de joueurs qui comprenaient mieux que le reste ce que je voulais. Sur les six derniers matches, douze ou treize joueurs ont débuté. Ceux qui ont compris le changement de système, ceux qui se complètent bien. On a trouvé l’équilibre comme ça […] C’est comme ça que j’aborde le football. Quand je regarde l’entraînement et que ça ne marche pas comme je le voudrais, j’arrête tout de suite l’exercice. Des fois, les joueurs me disent : »Mais c’était pas mal ». Oui, mais il ne faut pas être pas mal, il faut être bien ».

Bordeaux est composé de nombreux jeunes cette saison mais ce n’est pas pour déplaire au technicien uruguayen. «C’est l’équipe la plus jeune que j’aie eue. J’aime bien, parce que les jeunes n’ont pas la tête pleine, tu peux leur donner beaucoup d’informations. Ceux qui ont plus d’expérience, ils vont t’écouter, mais pas beaucoup ».

 

L’Equipe

Réagissez à l'article ↓

Please Login to comment
  Subscribe  
Me notifier des