Gaëtan Huard : « Il vaut mieux avoir des caractériels, plutôt que des joueurs qui ne sont ni froids, ni chauds… »

Gaetan Huard

Pour Gaëtan Huard, pas de doute, le problème des Girondins de Bordeaux est mental. Mais avec des joueurs qui ont du caractère, le FCGB n’en serait pas là, même si ce profil embête vraisemblablement le club dans son recrutement…

« C’est mental. Je pense qu’il faut des caractériels et je n’en vois pas qui émergent dans cette équipe, des mecs qui ont du caractère, qui sont capables de se révolter, de dire qu’ils en ont marre de se faire balader, et qui prennent à bras le corps les choses. Qui tirent le groupe. Et quand tu n’as pas ça… Tu ne peux pas n’avoir que des caractériels, mais il en faut. Si tu n’en as pas à des postes clés, tu ne peux pas avancer. Qu’il n’y ait pas de joueurs qui parlent français au milieu, c’est la cellule de recrutement qui ne fait pas attention à ça. Le temps qu’ils ne parlent pas bien la langue, ils ont un problème de leadership. Si c’était des très grands, ils ne seraient pas chez nous, c’est sûr. Quand vous êtes leaders, il faut déjà bien communiquer, se faire comprendre par ses partenaires. Un leader c’est aussi celui qui montre et qui démontre, quelqu’un qui techniquement est dans l’envie, ce n’est pas qu’un aboyeur, quelqu’un qui qualitativement et techniquement a une reconnaissance […] Je n’ai pas peur de le dire, mais recruter des joueurs qui n’ont pas de tempérament et qui ne vous emmerdent pas… A un moment, il vaut mieux avoir des caractériels qui vont taper à coup de pompes dans la fourmilière et qui vont dire ‘on se bouge !’, plutôt que des joueurs qui ne sont ni froids, ni chauds, mais tièdes. Certes, les caractériels emmerderont par moment le staff, mais à un moment, ils prennent le match à bras le corps. Tu n’as qu’à regarder tous les caractériels qui sont dans les autres clubs… Tant que tu n’as pas un effectif avec aux postes majeurs, clés, avec des joueurs de tempérament et de caractère et de l’expérience… Après, tu as habilles cet effectif avec tes jeunes, mais tu es obligé de mettre de l’argent sur des joueurs qualitatifs qui ont du caractère et de l’expérience. Ces joueurs de caractère et d’expérience vont peut-être te coûter un peu plus cher, mais ils vont t’apporter plus parce qu’ils ont l’habitude de gagner et ils sont là pour. Encadre tes jeunes, comme Jules Koundé, qui vont apprendre à leurs côtés et qui vont grandir […] Quand tu prends à un certain niveau, il n’y a pas d’erreur, ça coûte plus cher mais tu te trompes rarement… Mais là, ça ne te coûte pas plus cher, comment tu fais en fin de saison avec les joueurs de l’effectif ? ».

 

Quant à la question d’un « psy », pouvant aider les joueurs sur le côté mental ?

« Si ça interpelle Poyet, c’est qu’il voit que son groupe a un blocage, et il n’est pas d’aujourd’hui le blocage ! C’est ça la problématique dans ce club, c’est tout le temps le même refrain ! Ca fait des années que ça dure. Le seul qui a été européen, qui a eu des résultats deux fois de suite, c’est Francis Gillot (après Laurent Blanc), et il a gagné la Coupe de France. On doit apporter plus ! ».

 

GoldFM

Retranscription Girondins4Ever

Réagissez à l'article ↓

Please Login to comment
  Subscribe  
Me notifier des