Gaëtan Huard déplore le nombre d’étrangers dans l’axe au milieu, et les profils identiques : « des clones »

Lukas Lerager et Otavio

 

Gaëtan Huard, les Girondins de Bordeaux ont recruté trop d’étrangers au niveau de l’axe de l’équipe, notamment au milieu de terrain. « On s’en rend compte maintenant, c’est facile de le dire après, mais c’est quand même très compliqué quand tu prends beaucoup d’étrangers qui ne parlent pas la langue et qui sont presque l’épine dorsale de l’équipe. Otávio est axial récupérateur, Lerager est un relayeur… L’axe a bougé aussi… Il y a vraiment une homogénéité qui n’est pas régulière et qui ne prend pas à l’unisson […] Au milieu, qui est le cœur du jeu, il y a trop d’étrangers. Je n’ai rien contre les étrangers, mais prends-en un qui est en haut et qui va te tirer l’équipe… ».

En plus, ces joueurs se ressemblent beaucoup et l’ancien gardien bordelais déplore le manque de créateurs, à l’inverse de la prolifération de milieux dans le registre défensif. « Je ne sais pas comment ça se passe, le recrutement ?! Ils visionnent des matches, ils ont des rapports ? C’est quoi les profils recherchés ? Il faut aussi voir à ne pas avoir un amalgame de joueurs qui ont les mêmes qualités et les même défauts. C’est ça le problème. Tu as des joueurs identiques, des clones. A un moment donné, tu ne peux pas faire que du physique, il faut savoir garder le ballon… Il manque des créateurs, oui. Tu ne peux pas avoir qu’un seul gars qui le fait (Malcom). Le football manque de créateurs et le meneur de jeu n’existe plus aujourd’hui. Quand je parle de Malcom derrière l’attaquant, c’est pour remettre un peu de technique dans l’axe, et faire le lien avec la récupération. Tous les liens, ce sont des milieux récupérateurs. Ce sont les mêmes profils, des gars qui viennent chercher le ballon bas, et qui vont donner haut, mais pas des joueurs qui vont éliminer. Ce sont les mêmes joueurs dans ce compartiment de jeu ».

 

Le consultant aimerait d’ailleurs qu’à l’avenir, le recrutement se fasse comme d’autres clubs le font, dans les équipes dans les réserves – ou les joueurs qui jouent peu – des très grands clubs. « Je pense qu’il y a un gros travail dans le recrutement à faire, avec les effectifs des grands clubs européens. C’est là que tu dois trouver des arrangements, avec des joueurs plus talentueux, et qui viennent pour l’instant s’aguerrir ».

 

GoldFM

Retranscription Girondins4Ever

Réagissez à l'article ↓

Please Login to comment
  Subscribe  
Me notifier des