Marius Trésor : « On n’a pas ce garçon, comme Clément Grenier, pour faire jouer les attaquants »

Clément Grenier

Marius Trésor deux jours après la défaite des Girondins de Bordeaux, est revenu sur ce Guingamp-Bordeaux.

« Bordeaux est passé à côté de sa première période oui, mais c’est dans cette mi-temps aussi que Bordeaux a eu la possibilité par Malcom d’ouvrir le score. Malheureusement, il s’est un peu précipité et il a mis ce ballon à côté. C’est vraiment dommage parce que je pense que si on avait ouvert le score sur cette action, on aurait peut-être assisté à un autre match […] Pas assez d’envie ? Je ne sais pas, il n’y a que les joueurs qui peuvent le dire. Mais on sent qu’il n’y a pas de liant dans cette équipe. Chacun essaie de faire son petit numéro. On ne sent pas cette homogénéité qui fait une équipe de football […] Ça a duré quatre matches, on s’est retrouvé en course pour l’Europe, on a cru que l’équipe avait retrouvé tout son mordant de début de saison, mais on a très vite déchanté. Là, contre Guingamp, c’était le sixième match sans victoire de suite. On a fait deux matches nuls ici et une défaite, puis trois défaites à l’extérieur… Quand on veut jouer l’Europe, il faut être beaucoup plus costaud que ça ».

 

Pourtant, Gustavo Poyet a tenté de changer de système, mais c’était sans compter sur Malcom

« On a rechargé de système rapidement parce que le garçon, Malcom, repartait très souvent sur le côté droit, parce qu’il se sentait peut-être plus à l’aise… C’est pour ça que Gustavo Poyet a vite changé. On parle d’envie, je ne parlerai pas d’envie. Quand tu regardes ce match, on a eu la possibilité de mettre cette équipe de Guingamp en difficulté. C’est dans la finition qu’on a pêché. On voit beaucoup de buts la semaine à l‘entrainement et en match, tout disparaît ».

 

Pour l’ancien défenseur central des Girondins, il y a aussi le fait que les trois milieux bordelais aient le même profil et soient trop défensifs.

« Au milieu, on a trois garçons qui ont pratiquement les mêmes caractéristiques : Otávio, Lerager et Meïté. On n’a pas ce garçon, comme ont certains clubs – en face ils avaient Clément Grenier – pour faire jouer les attaquants. Que ce soit De Préville ou Braithwaite, ils n’ont pas eu de munitions. Les milieux ne se projetaient pas assez offensivement pour essayer de fournir des ballons. Et comme au départ on avait mis Malcom en 10 pur justement faire jouer ces deux garçons, en repartant sur le côté, on n’avait plus ce créateur capable de faire jouer le reste de l’équipe ».

GirondinsTV

Retranscription Girondins4Ever

Réagissez à l'article ↓

Please Login to comment
  Subscribe  
Me notifier des