Christophe Dugarry : « Un président qui arrive de nulle part, banquier, s’il vient me parler de football, je vais être mort de rire… »

Stéphane Martin

Sur RMC, Christophe Dugarry, ayant certainement vu le dernier résultat des Girondins de Bordeaux face à Guingamp, en a profité pour mettre un gros taquet à Stéphane Martin.

« Je milite pour des présidents compétents comme je milite pour la compétence en général. Chaque cas est différent. Un président compétent qui connaît le football, un vestiaire, le milieu du foot, peut avoir la meilleure analyse pour prendre la meilleure décision. Ça peut arriver d’avoir un entraineur caractériel comme par exemple Conte qui trouve le moyen de se disputer avec tous les cadres de son équipe, peut-être qu’en ne changeant que Conte, peut-être que l’équipe jouera un petit peu mieux. Ça peut arriver. Ça dépend si les joueurs lâchent leur entraineur. Ça dépend comment tu analyses le défaut du manque de résultats car c’est peut-être aussi le président qui se dit dans un coin de sa tête qu’il n’a pas bien fait son travail, qu’au mercato il n’a pas pris les joueurs qu’il fallait pour pouvoir bien jouer dans ce championnat. L’idée de sortir Poyet… Pourquoi pas j’ai envie de dire mais il va falloir m’expliquer le raisonnement pour aller chercher Poyet. Je ne l’ai toujours pas compris. On m’a sorti un espèce d’argument il n’y a pas longtemps, en disant que c’était les investisseurs qui avaient choisi en avance l’entraîneur, celui qui allait succéder à Gourvennec. Tu prends Poyet à la place de Gourvennec, sincèrement je ne comprends pas. Quoi que tu fasses dans la vie, il faut le faire pour les bonnes raisons. Avoir le bon diagnostic. Malheureusement, il n’y a pas de diplôme pour être président. T’es président, t’es désigné ou tu rachètes le club. Tu n’as pas de diplôme. Tu as le diplôme pour être entraineur, pour être joueur il faut avoir franchi les paliers éventuels pour montrer que tu es apte. Aujourd’hui, tu as des gens qui arrivent président d’un club de football, tu ne sais pas pourquoi, ni comment. Ils ne sont jamais rentrés dans un vestiaire mais ils vont avoir la prétention ou l’actionnaire va avoir la prétention de te dire, je vais le mettre dans le vestiaire et les joueurs vont l’écouter. Sincèrement, moi tu me mets un président qui arrive de nulle part, banquier ou j’en passe, il va venir me parler de football dans un vestiaire, mais je vais être mort de rire. Comment il peut analyser la situation alors qu’il ne connaît pas du tout le milieu du football pour prendre les bonnes décisions. Le problème part de là. Moi je vais te dire un truc, le président qui choisit un entraineur et bien il part avec l’entraineur. Si tu l’as choisi j’espère que c’est pour de bonnes raisons. Tu ne l’as pas choisi en te disant ‘j’ai un sentiment, je ne sais pas pourquoi ou c’est mon ami qui m’a conseillé lui ou tel agent qui m’a conseillé lui’. Ils le prennent parce qu’ils se disent qu’ils peuvent le virer à tout moment. Non. À un moment ou un autre il faut que chacun s’engage […] Je ne veux pas lui faire de procès d’intention mais je n’ai pas l’impression que monsieur Martin amène de la compétence footballistique là-dedans car il n’a jamais connu ce milieu-là. Ce n’est pas lui faire offense. Il fait des efforts. Il a une très bonne mentalité. Tu ne peux pas changer que l’entraîneur ».

 

RMC

Retranscription Girondins4Ever

Réagissez à l'article ↓

Please Login to comment
  Subscribe  
Me notifier des