Gustavo Poyet : « Je vais me tuer pour changer des habitudes que je n’aime pas du tout »

Gustavo Poyet et Fernando Menegazzo

Gustavo Poyet a profité de la trêve internationale, qui tombait au bon moment pour lui, pour continuer à travailler avec ses joueurs. « Quand tu ne gagne pas, en tout cas pour moi, j’aime travailler un peu, trouver des solutions, essayer des choses, donner à certains joueurs la chance de montrer quelque chose. Donc pour moi, et je pense pour tous, deux semaines de trêve ce n’était pas mal du tout ». Mais il va continuer également à apporter le changement qu’il a promis avant la trêve. « On va bouleverser les habitudes, yes ! Ce n’est pas facile de le faire rapidement, mais je vais bien essayer. Je vais me tuer pour changer des habitudes que je n’aime pas du tout ».

Il donne déjà quelques indications sur les changements qui ont été fait pendant ces deux semaines. « On a changé beaucoup de choses. Il y a des choses que je peux dire, comme des changements dans le staff. On est revenu avec un adjoint, un coach (Fernando), un préparateur physique, et un entraineur des gardiens. Ca a toujours été ma forme de staff, à cinq. Après, on a changé des petites choses dans l’entrainement : il y a beaucoup plus de monde sur les côtés du terrain pour nous aider au niveau des ballons. J’ai également changé les capitaines : le premier, d’ici à la fin de la saison, ce sera Benoit Costil. Le deuxième sera Paul Baysse, et le troisième Malcom. Il y a beaucoup de choses internes que je ne peux pas vous dire parce que ce sont des choses de vestiaires. Mais il y a beaucoup plus de compétition dans les entrainements. On peut faire un petit jeu de possession, pour maintenant la possession du ballon, il y a beaucoup plus de demandes sur l’agressivité. On n’a pas changé l’entrainement complètement, mais quand même. Il y a beaucoup plus de compétition aussi, beaucoup plus de matches. Des matches qu’il faut gagner comme ça on le prend l’habitude ».

Il a également changé sa préparation d’avant-match avec du temps de récupération aménagé. « Avant, deux jours avant le match, c’était plus de la préparation. Mais même ça on l’a changé, parce qu’on a besoin de compétition, tout le temps. Les joueurs, s’ils ne gagnaient pas, n’étaient pas contents, il y avait beaucoup de demandes à ‘l’arbitre’, des tacles… Parce que parfois, tu t’entraines dix jours à un certain niveau, il faut récupérer entretemps quand même, mais après pour revenir ce n’est pas facile. Donc on a décidé de maintenir jusqu’au bout. Peut-être que quelqu’un dira qu’on est un peu plus fatigués mais pour moi le football ça ne marche pas comme ça.  Aujourd’hui, il y a des moments pour bien récupérer, ce n’est pas un problème ». Et enfin pendant cette trêve, il a amené deux joueurs issus de la National 3 Michaël Nilor et Yassine Benrahou à s’entrainer avec le groupe pro. « J’ai amené deux joueurs de National 3 avec nous pendant dix jours, Micha(ël Nilor) et Yassine (Benrahou), et ce sont des opportunités pour eux. Cela change ! ».

 

 

GirondinsTV

Retranscription Girondins4Ever

Réagissez à l'article ↓

Please Login to comment
  Subscribe  
Me notifier des