Gustavo Poyet : « Que l’équipe centre plus de 30 fois, pour moi c’est le rêve… »

Gustavo Poyet

 

Parfois, l’on a la sensation que les Girondins se laissent endormir par le mauvais rythme de l’adversaire. Gustavo Poyet a répondu à cette remarque. « C’est vrai ça. Mais j’ai toujours dit que ce sont deux équipes qui jouent le match. Les équipes les plus fortes sont celles qui mettent le meilleur rythme pour leur équipe. A ce moment-là, on n’y arrive pas. C’est pour cela que je vais essayer de changer un petit peu. Même si l’équipe ne va pas jouer, il faut que l’on soit agressif, que l’on mette plus d’intensité. Des fois, quand tu veux mettre tout ça, tu vas perdre quelque chose […] Si on a les joueurs pour faire ça ? Je ne pense pas, mais on va essayer quand même. Sinon, on n’y arrivera pas. L’équilibre, c’est plus facile de jouer pour trouver après quand faire la pression, quand être agressif, quand revenir tous ensemble. Je ne veux pas que l’on s’améliore tout de suite. Je vais changer un petit peu, comme ça on peut faire d’autres choses, comme être plus agressif. On a besoin de ça, je ne peux plus regarder des matches comme ça (comme contre Rennes). Ce n’est pas possible ».

 

Contre le Stade Rennais, les bordelais ont tout de même réalisé beaucoup de centres… Mais peu de joueurs étaient à la réception. « C’était le rêve pour moi. Si tu me dis que tu vas à Bordeaux, et que l’équipe va centrer plus de 30 fois, pour moi c’était le rêve. On a des qualités naturelles, que l’on travaille comme une force quand même. Quand on attaque sur la droite, Sabaly et Malcom combinent facilement, c’est vraiment facile pour les deux d’arriver sur le côté. Et après ça vient sur un centre, c’est le plus facile. Même Fernando m’a demandé si nous allions faire encore des centres cette semaine. C’est justement pour pratiquer et essayer de provoquer du mouvement dans la surface […] Un jour, je n’étais pas content du tout. C’était ouvert, tout le monde l’a vu. On a fait dix minutes sur un côté. Pour moi, le plus important était le timing, l’attaque du ballon en arrivant, les positions, ne pas rester sur place. Il faudra en refaire encore, car cela n’a pas marché. C’est trop facile de dire que l’on n’a pas les joueurs. Je ne peux pas m’arrêter là. Je veux continuer de travailler. Il faut leur faire prendre beaucoup plus de responsabilités. Il faut que l’on attaque plus au premier poteau, tout le temps. Même si on ne prend pas le ballon, il faut y aller, sinon, si le ballon arrive là, on ne le touche jamais. C’est un peu plus de responsabilités individuelles ».

 

GoldFM

Retranscription Girondins4Ever

Poyet invité de Soir de Foot

Réagissez à l'article ↓

Please Login to comment
  Subscribe  
Me notifier des