Philippe Fargeon : « J’ai joué dans des équipes où on n’allait pas manger au restaurant, mais on était premier »

29177867_10215052490482771_7007036524046843904_n

 

 

Philippe Fargeon, l’ancien avant-centre des girondins dans les années 1980-1990, pointe du doigt le problème mental qui règne au club depuis un moment. Il pense également que le potentiel de l’équipe est quelque peu en dessous de ses concurrents. « Peut-être que nous n’avons pas le potentiel suffisant pour faire mieux que ce qu’on fait […] On a très certainement un groupe de qualité, mais il met beaucoup de temps à montrer ses qualités collectivement. On ne va pas remettre en cause la qualité de chaque joueur, mais on n’arrive pas à en sortir une belle équipe, une équipe prometteuse. Individuellement, on a des bons joueurs, mais c’est le cas de tout le monde dans ce championnat« .

 

Pour lui, l’équipe est capable du meilleur comme du pire et n’est pas assez constante. « On est entre le 6ème et le 15ème. On est aussi bon que Rennes, Angers, et aussi mauvais qu’Amiens ou que Nantes à des moments […] C’est bien de bien vivre, mais ce sont aussi des professionnels et l’objectif c’est surtout d’être bon sur le terrain et de se qualifier pour l’Europe. Moi j’ai joué dans des équipes où on n’allait pas manger au restaurant ensemble, mais on était premier. Oui, ils ont envie de créer quelque chose, mais il y a l’envie d’un côté et les résultats de l’autre ».

 

Il pense que le doute est permanent et que les choses sont identiques malgré le changement de coach. « Ce que je vois, c’est que les résultats sont très en dents de scie, et ils ne sont pas ce qu’on attend d’une équipe que l’on dit très bonne. Ce sont les mêmes maux qu’avec Jocelyn Gourvennec, très certainement. On pensait s’en sortir avec l’arrivée d’un nouveau coach, et il y a du boulot. Surtout qu’il faut commencer, aujourd’hui, à préparer la saison prochaine ».

GoldFM
Retranscription Girondins4Ever

Réagissez à l'article ↓

Please Login to comment
  Subscribe  
Me notifier des