Gustavo Poyet : « Quand je jouais, il n’y avait pas de caméras, il y avait beaucoup de choses à faire… »

Malcom

 

Gustavo Poyet a été questionné, en conférence de presse, sur la sanction de deux matches de suspension infligée à Malcom, des suites de l’appel des Girondins de Bordeaux. L’entraineur bordelais en a profité pour tacler une nouvelle fois l’arbitrage vidéo qui va arriver petit à petit dans le football, et pour lequel il est contre.

« C’est vraiment difficile d’en parler, parce que je ne comprends rien…  Je ne comprends rien du tout, c’est vraiment nouveau pour moi. C’est comme ça… […] Je sais qu’ils ont commencé cette année à sanctionner les simulations en Angleterre, mais là avec la vidéo, ce sera de la folie, pareil… Tu ne connais pas forcément l’opinion de ceux qui jugent. Pareil quand on regarde un match, parfois tu penses qu’il y a penalty, alors que moi non. Tu peux le regarder dix fois à la vidéo, nos opinions ne changeront pas. Donc cela dépendra toujours de la personne devant la télévision, ce n’est pas du football pour moi. On va perdre le lundi après les matches à parle des erreurs et de ce qui se passera. Alors, parfois ce sera à ton avantage, parfois non, mais ce n’est pas mathématique, le football reste le football […] Malcom est vraiment un joueur très important. On a essayé de le faire rester ici à la fin de la première partie de la saison, et il ne jouera pas deux matches… Quand quelque chose se passe, il faut l’accepter, parce que tu ne peux rien faire. Mais après ça, je vais regarder tous les matches […] Est-ce que vous avez vu Neymar pour le retour à Berbabeu, il est suspendu ? Il a triché non ? Il avait un carton jaune, non ? […] Maintenant, il y a des caméras, tu ne peux plus rien faire. En 98 quand je jouais, il n’y avait pas tout ça, il y avait beaucoup de choses à faire, et maintenant tu ne peux plus rien faire (sourire). C’est comme ça ! Il faut l’accepter ».

 

GirondinsTV

Retranscription Girondins4Ever

Réagissez à l'article ↓

Please Login to comment
  Subscribe  
Me notifier des