Stéphane Martin : « On a fourni des vidéos qui sont des vidéos de la production, sur laquelle on voit qu’il y a un contact au niveau du corps »

Malcom

Stéphane Martin qui n’a pas compris la décision de la commission de discipline de la Ligue de sanctionner Malcom alors que le cas de Mariano semblait en tout point semblable. Jusqu’à aller prouver de la même manière que Lyon lors de l’audition qu’un contact était effectif. « On est surpris. Pour nous il y avait une jurisprudence Mariano. Le point de vue du club, c’est que les deux cas sont rigoureusement identiques. Ce n’est pas que le point de vue du club puisqu’il se trouve, par les hasards du calendrier, qu’il y avait le même arbitre et lorsque la commission se saisit d’un cas comme celui-là, elle demande un rapport complémentaire. On a eu accès aux deux, ils sont rigoureusement identiques, mot pour mot, il n’y a pas une virgule de différence, donc ce n’est pas seulement le point de vue des Girondins de Bordeaux mais aussi celui du premier concerné : monsieur Letexier. On est surpris que la jurisprudence ne soit pas appliquée. On fait appel pour comprendre. On attend soit d’avoir des éléments complémentaires qui nous éclairent, soit une reconnaissance d’une éventuelle erreur. On est tout à fait confiants par rapport à ça. S’il y a une erreur, ça arrive, les recours en appel servent à ça, à reconnaitre les erreurs qui peuvent être commises par les différentes juridictions, qu’elles soient civiles ou sportives. Donc on est tout à fait serein par rapport à cet appel ».

Pour la défense du joueur, les Girondins ont fourni des preuves qu’il n’y avait pas simulation et qu’un contact avec Jérémy Morel existait bel et bien. « On a fourni des vidéos qui sont des vidéos de la production, pas celle de la caméra qui passe à l’antenne, sur laquelle on voit qu’il y a un contact au niveau du corps. Donc c’est pour ça qu’on est surpris, pour nous c’est exactement le même cas. Un contact léger, on le reconnait, mais qui peut être de nature à déstabiliser le joueur qui était en plein course à une vitesse élevée, sur un changement de direction et une reprise d’appuis. Il n’y a pas besoin d’un contact très violent ni très fort pour déséquilibrer le joueur ».

 

SFR Sports

Retranscription Girondins4Ever

Réagissez à l'article ↓

Please Login to comment
  Subscribe  
Me notifier des