Jérôme Dauba : « On sentait que les joueuses avaient vraiment à cœur d’aller chercher la victoire »

Jérome Dauba

Jérôme Dauba s’est exprimé sur tout l’avant-match avant Albi, une rencontre qui a vu les Girondines l’emporter dans les derniers instants de la rencontre. « Déjà dans la semaine, il y avait des signes révélateurs. Dès le mardi, quand j’ai repris le groupe en main après la défaite de Marseille, elles ont fait une séance incroyable. J’avais trouvé que l’équipe montrait déjà du caractère et elle s’était déjà projeté sur le match d’Albi. Malgré la défaite, de suite elle s’était projeté sur ce match-là. Elles avaient fait une grosse séance le mardi, ça avait suivi le mercredi avec une séance où il y avait de la vie. On avait un travail de finition et il y avait de la vie, de l’entrain. Il y a des signes qui montraient que les filles étaient investies. Malgré la défaite, on sentait qu’il se passait quelque chose. Mercredi soir pareil, le jeudi soir pareil. On sentait vraiment un groupe impliqué pour s’investir davantage. Là, je me suis dit que ce n’était pas possible d’aller là-bas sans faire un résultat. Elles avaient mis tellement d’investissement… On a senti que le groupe était concerné. Et puis après il y a des petits signes qui font qu’on se dit que ce match-là on va le gagner même si rien est fait d’avance. On sentait qu’on était prêt à le jouer et à le gagner ce match ».

 

L’entraineur bordelais a ensuite analysé la rencontre et cette victoire face à Albi 0-1. « Ce qui est paradoxal, c’est qu’on fait une grosse première mi-temps. On avait décidé, sur la stratégie d’y aller étape par étape parce qu’on savait qu’Albi était une équipe qui jouait avec un bloc très bas, très dense, une équipe très engagée qui fait beaucoup de fautes et qui optimise au maximum les contres et les coups de pied arrêtés. Il fallait être en vigilance tout le temps, notamment sur l’équilibre défensif quand on attaquait. L’idée, c’était de faire une grosse entame, sur les 25 premières minutes et essayer de marquer pour se rendre le match facile, pour les obliger à sortir et après on allait pouvoir gérer. On a eu une multitude d’occasions, des situations mais il a manqué un peu de justesse. On n’était pas loin d’ouvrir le score. Après, on a géré jusqu’à la mi-temps, et à la mi-temps, c’est ce qu’on s’est dit, qu’il fallait continuer. On est reparti en seconde période en mettant une pression sur Albi pour essayer de marquer. On a eu des situations et c’est ce qu’on avait prévu avant le match, on s’était dit que c’était peut-être les filles qui allaient rentré qui aller nous faire gagner le match. On avait senti que le groupe était investi, aussi bien pour celles qui ont débuté et celles qui n’ont pas débuté. On sentait qu’il allait se passer quelque chose. Et puis au fur et à mesure du match, on a des situations, on marque un but hors-jeu qui est refusé. À la 90ème, Sophie Istillart a une occasion en un contre un et elle ne marque pas. Là on se dit ‘est-ce que c’est la dernière ou est-ce que ce n’est pas la dernière ?’. Au final, sur le banc, moi je leur dit ‘on va en avoir une autre’. On sent les choses et on sentait que les joueuses avaient vraiment à cœur d’aller chercher la victoire. On s’est retrouvé, sur les cinq dernières minutes à avoir Fahey et Sousa qui se sont intercalées dans le milieu pour aller chercher la gagne. Et puis, il y a cette action à la dernière seconde. On fait un super enchaînement, un super but, c’était la délivrance ! ».

 

GoldFM

Retranscription Girondins4ever

Réagissez à l'article ↓

Please Login to comment
  Subscribe  
Me notifier des