Eric Blanc : « Bordeaux c’est comme les crêpes Suzette, un coup à l’endroit, un coup à l’envers… »

bandicam 2018-01-29 23-39-57-422

bandicam 2018-01-29 23-39-57-422

 

Eric Blanc a parlé du fameux « effet Poyet », des suites de la victoire des Girondins de Bordeaux à domicile face à Lyon (3-1). « Avant la trempe qu’ils ont pris à Paris, ça allait quand même bien. La joie de vivre, un entraineur qui a des principes de jeu, tout le monde est heureux. S’enchaînent derrière des défaites et c’est vrai que quand tu es actionnaire, plus de son plus d’image, c’est emmerdant pour M6. Tu es obligé de prendre à un moment donné une décision et celui qui trinque, obligatoirement, c’est l’entraineur. Tu n’as pas le choix, tu ne vas pas virer tous les joueurs. Après leur victoire à Nantes, j’ai entendu Costil qui disait qu’ils avaient déjà réagi. Et Lyon, il y a des penalties, des faits de jeu… Donc soyons modestes, beaucoup d’humilité… Nicolas de Tavernost dit qu’on va voir la suite, et il a bien raison d’attendre parce que Bordeaux c’est comme les crêpes Suzette, un coup à l’endroit, un coup à l’envers, on n’en sait rien. Et surtout avec pas mal d’équipes, de Saint-Etienne à Lille… Aujourd’hui, tu as un problème de mental dans les équipes. Je ne sais pas s’il n’y a pas des professionnels à ce niveau, des préparateurs mentaux […] Ils ont perdu face à Videoton, c’était une alerte… Ce sont les premiers au monde que j’ai vus à venir à 85 salariés en train d’applaudir au camp d’entrainement quand ils étaient au fond du trou. Tout le monde avait dit que c’était magnifique, exceptionnel… Quand tu sors les salariés à la fin d’un entrainement et que tu les applaudis, cela veut dire que l’unité est là. La raison a volé en éclats ».

L’Equipe21

Retranscription Girondins4Ever

Réagissez à l'article ↓

Please Login to comment
  Subscribe  
Me notifier des