Mélisande Gomez : « Quand on vire l’entraîneur ils ne peuvent plus se cacher… »

bandicam 2018-01-29 23-40-30-138

 

Mélisande Gomez est revenue sur le fameux « effet Poyet » des suites de la victoire des Girondins de Bordeaux face à l’Olympique Lyonnais (3-1). « C’est une équipe qu’on n’attendait pas en aussi grande difficulté, et c’est une question de mental. Les joueurs ne sont pas forcément parfois conscients de l’urgence, et quand on vire l’entraineur ils ne peuvent plus se cacher. C’est ça aussi qui fait qu’il y a souvent une réaction, c’est parce que ce n’est plus la faute du coach. S’ils continuent à perdre, ce sera leur faute à eux, s’ils changent l’entraineur et qu’il n’y a pas de résultat… Ils passent en première ligne ! C’est peut-être insupportable, mais c’est un peu logique aussi […] Les joueurs ont très peu de sens des responsabilités en général, dans ce genre de situation. Là, ils se mettent à gagner donc tout était de la faute de Gourvennec. Si Malcom n’était pas bon quand il y avait Gourvennec, ce n’était pas la faute de Gourvennec… C’est un peu facile de se dédouaner mais c’est leur profession qui fait ça. Il y a toujours un fusible en première ligne, tout le monde le sait, l’entraineur le sait ».

L’Equipe21

Retranscription Girondins4Ever

Réagissez à l'article ↓

Please Login to comment
  Subscribe  
Me notifier des