Philippe Fargeon souhaite une « réorganisation » du club, et l’arrivée d’un « vrai directeur sportif »

Ulrich Ramé et Nicolas de Tavernost

Ulrich Ramé et Nicolas de Tavernost

 

Plus qu’un changement de d’entraîneurPhilippe Fargeon souhaite que les Girondins de Bordeaux aient une réorganisation interne, avec également l’arrivée d’un « vrai » directeur sportif. « On est tous d’accord. On a eu cinq coaches qui restent un an et demi, donc il y a une réorganisation à faire à l’intérieur de ce club pour permettre que ce genre d’entraineur, accompagné d’un directeur sportif peut-être… Je ne suis pas dans le club, peut-être qu’un véritable directeur sportif. Je ne dis pas qu’Ulrich Ramé ne l’est pas, mais un directeur sportif qui a le bras long pour aller chercher des clubs, accompagner l’entraineur. L’entraineur, aux Girondins, on lui donne presque carte blanche. Il faut peut-être un garde-fou, un bon directeur sportif, quelqu’un qui connait tout le monde, de manière à pouvoir accompagner l’entraineur, être là à ses côtés dans les moments difficiles […] Maintenant, il y a un nouveau projet, avec un nouvel entraîneur. Mais il ne faut pas qu’on se retrouve avec lui dans un an et demi dans la même situation qu’avec Tigana, Gillot, Sagnol ou Gourvennec. On le sait très bien, il y a une réorganisation à faire à l’intérieur de ce club […] On ne demande pas de tout casser, on demande juste une réorganisation de manière à ne pas qu’un coach dans un an ou deux ans, soit avec un résultat moyen ».

 

Et dans cette réorganisation, il pense au centre de formation bordelais, qui ne sort pas assez de joueurs avec une valeur marchande. « Le centre de formation, cela peut faire partie des axes de la réorganisation. On est tous, les anciens, à demander que cela bouge à l’intérieur de manière à pouvoir retrouver cet élan. Bordeaux est un grand club, mais après mettre de l’argent sur des joueurs de 13-14 ans, je ne peux pas dire que j’en sois favorable. Mais aujourd’hui, il faut trouver une solution si on n’a pas suffisamment d’argent pour acheter des grands joueurs. Si on n’a pas suffisamment le bras long pour aller chercher des joueurs qui font la différence, et qu’on veut miser sur le centre de formation, il faut s’adapter […] On a de très bons joueurs au centre de formation, je ne me suis pas permis de dire le contraire, simplement il faut que ce soit des joueurs qui apportent beaucoup à long terme et surtout qu’on puisse les revendre cher plus tard. On a plein de joueurs ‘susceptibles de’, mais il n’y en a pas beaucoup qui s’imposent. Faire un ou deux matches en Ligue 1, c’est bien, mais c’est dans la durée que ça compte. D’avoir des joueurs du centres capables de jouer en Ligue 1, heureusement qu’on en a. Mais c’est ce passage en Ligue 1, où le joueur va s’imposer en tant que titulaire, pour quatre-cinq ans après, après services rendus, va être transféré et rapporter ensuite de l’argent au club… C’est ça qui manque aujourd’hui ».

 

GoldFM

Retranscription Girondins4Ever

Soir de Foot n°83

Réagissez à l'article ↓

Please Login to comment
  Subscribe  
Me notifier des