Marius Trésor : « Pour me chambrer, Patrick l’appelle même Trésor. De temps en temps, je me revois dans mes débuts dans ce gamin »

Jules Koundé

Jules Koundé

 

Invité à l’antenne de GoldFM, le consultant Marius Trésor a débattu sur la sensation bordelaise du moment, le jeune défenseur central Jules Koundé. « Il a su saisir l’opportunité qu’on lui a offerte de débuter à Granville, où il a fait son match avec Théo Pellenard dans l’axe. Tu as l’impression que ce garçon a toujours joué à ce niveau-là. Il est calme, il ne s’énerve pas. Pour me chambrer, Patrick l’appelle même Trésor. De temps en temps, je me revois dans mes débuts dans ce gamin. De temps en temps, on me filait des coups de pied pour me dire d’être plus virulent. Mais c’était dans ma façon de jouer. J’ai l’impression que Jules est pareil. Il est toujours bien placé, il sait bien anticiper quand il faut. Et il faut savoir aussi, Patrick a beaucoup insisté là-dessus, dégager quand il y a le feu. On peut ne pas être beau dans un match. Cela permet à ton équipe de se replacer. Jules voulait toujours être propre, mais il faut être vilain de temps en temps. A partir de là, cela ne peut qu’aider l’équipe. Il a su s’adapter à ça. On le voit, il a joué avec Théo Pellenard, Paul Baysse, avec Pablo et tu te dis que c’est phénoménal ce qu’il arrive à faire. Je touche du bois pour qu’il continue sa progression et qu’il aille le plus loin possible. C’est un peu comme Fred Guilbert. Quand il est passé ici, on disait qu’il était trop petit. Il a joué dans l’axe, arrière gauche, arrière droit. A un certain moment, on a été obligé de le placer dans l’axe, et je ne l’ai pas vu dominé par les attaquants dans le domaine aérien. Jules c’est à peu près pareil il faut avoir le timing, la lecture de la trajectoire de la balle et à partir de là, tu peux mettre n’importe qui en situation difficile […] Il est à la mode cool. Il n’y a pas le feu, c’est inné chez lui. Il ne devient pas comme ça. Quand il faut tacler, il est là. Je me souviendrais toujours d’un match qu’il avait fait, lorsque l’on avait éliminé une équipe de Niort. On l’avait éliminé aux tirs aux buts. Il avait été phénoménal défensivement, et c’est lui qui avait tiré le dernier penalty qui qualifiait son équipe. Tu sens qu’il y a beaucoup de sérénité, il est là, tranquille, il s’énerve rarement. C’est un garçon qui a commencé à la Brède, c’est un pur girondin, cela fait un bon bout de temps qu’il est au club. On suit sa progression, et il y a quelqu’un qui croit en lui et qui lui a dit beaucoup de choses, c’est Patrick Battistion. En début de saison, c’était avec Philippe Lucas et Matthieu Chalmé et après pénurie de défenseurs centraux chez les pros, on l’a mis et voilà ».

Retranscription Girondins4Ever

Réagissez à l'article ↓

Please Login to comment
  Subscribe  
Me notifier des