Marius Trésor : « J’ai trouvé ça un peu irrespectueux qu’ils se soient retrouvés parmi les salariés »

salariés

salariés

 

Suite au licenciement de Jocelyn Gourvennec du poste d’entraîneur bordelais, Marius Trésor est intervenu sur les rasions de cet échec et sur les principaux responsables. « Les résultats ont eu raison de lui, les supporters aussi qui ont été très présents quand Monsieur de Tavernost est arrivé. Ils se sont retrouvés comme dans une réunion qui doit se passer entre les salariés du club et la direction. Les supporters étaient là, en présence de Gourvennec, alors que l’on savait que ces supporters n’arrêtaient pas de demander sa démission. J’ai trouvé ça un peu irrespectueux qu’ils se soient retrouvés parmi les salariés. Vous savez, on le sait, quand une équipe ne marche pas, le premier fusible c’est l’entraîneur qui saute. C’est vraiment dommage car je pense que Jocelyn avait les capacités de mener cette équipe à une place européenne. Je me demande en même temps si les joueurs ont tout fait pour que Bordeaux ait les résultats. Pourquoi ? Parce que l’on voit le match contre Caen où, malgré les problèmes d’arbitre, on n’a pas été bon. En deuxième mi-temps, nous n’avons pas eu pratiquement d’occasions. On voit le match de Nantes quelques jours après où tu as une équipe bien en place, où on a apporté très peu de changements. Peut-être aussi que la façon dont Éric Bedouet a mis l’équipe en place a été bénéfique à cette équipe bordelaise en jouant avec deux milieux récupérateur, quatre défenseurs, une ligne de trois et un attaquant de pointe. Peut-être qu’il ne fallait pas changer de disposition, et plutôt garder celle-là qui a aussi été victorieuse contre Saint-Étienne. Je dirais que les principaux responsables de cette mauvaise passe ce sont quand même les acteurs principaux qui sont les joueurs. Il y a des façons de préparer les matches, mais est-ce qu’ils l’ont fait, on ne sait pas car on ne vit pas avec eux. Quand je vois certains comportements sur le terrain, tu te dis que ce n’est pas normal. On ne joue pas dans une équipe qui tire dans la même direction. Chacun essaie de faire son petit numéro et ça ne passait pas. Une équipe, quand on veut vraiment avoir des résultats, il faut que l’on tire tous dans le même sens ».

 

Ensuite, il a voulu aborder cette mauvaise passe dans son ensemble, qui a conditionné ce changement de coach. « Ce licenciement, c’est un ensemble. Tout d’abord, on pensait aller beaucoup plus loin en Coupe de la Ligue, on se fait sortir par Toulouse. Déjà, en Europa League, on pensait aller plus loin, on est éliminé dès le premier tour. En championnat, depuis Paris, à part le match gagné contre Saint-Étienne et deux matches nuls, c’est une succession de défaites. Surtout à domicile où on pensait être une citadelle imprenable. D’un seul coup, on a craqué et on a perdu beaucoup de points. Je pense que cela vient de cet ensemble de mauvais résultats, plus Granville. Une équipe de trois échelons en dessous qui t’élimine, bien qu’il y ait eu des circonstances atténuantes par rapport à la façon dont s’est déroulé le match. Tout cela a fait que, le premier fusible a sauté ».

 

GoldFM

Retranscription Girondins4Ever

Réagissez à l'article ↓

Please Login to comment
  Subscribe  
Me notifier des