Stéphane Pauwels : « Preud’homme ? Ce n’est pas un mauvais choix, il est capable de remettre très vite une équipe sur pied »

Stéphane Pauwels

Stéphane Pauwels

 

Consultant sur L’Equipe21, Stéphane Pauwels a commenté le choix de la direction bordelaise de prendre Michel Preud’homme en coach pour succéder à Jocelyn Gourvennec. « Il a le statut de star chez nous en Belgique. C’était le sélectionneur qu’on voulait pour les Diables Rouges. Michel Preud’homme a 59 ans, il a été en 1994 été élu meilleur gardien à la Coupe du Monde. Il a été 8 fois sur 10 années dans les meilleurs gardiens du monde. C’est un leader. Attention ce n’est pas un facile, c’est un dur. C’est-à-dire qu’il faut filer droit. Il a aussi formé des jeunes. Par exemple le Standard a été champion après 25 ans de disette avec des Witsel quand ils avaient 18 ans, des Marouane Fellaini donc il peut aussi mettre des jeunes joueurs. Effectivement il n’a jamais été dans un grand championnat mais quand il prend Twente, c’est un petit Twente et ils sont deuxième. Quand il prend La Gantoise, ce n’est pas La Gantoise de la Champion’s League contre Lyon, ils terminent deuxième. C’est quelqu’un qui travaille, un grand bosseur. Par contre autant vous dire que les Brésiliens et compagnie, ils vont sauter à la corde car Preud’homme il n’est pas facile. Mais est-ce que les dirigeants de Bordeaux sont prêts aussi à accueillir un mec qui se dit qu’il faut foncer tout droit ? Maintenant, je pense que c’est un bon choix mais je suis très mal placé car avec l’histoire de Gourvennec, on est mal à l’aise. Mais par contre ce n’est pas un mauvais choix. Il est capable de remettre très vite une équipe sur pied. Il a aussi été directeur sportif à Benfica. Après sa carrière de joueur, on l’a mis directeur sportif à Benfica, il a été directeur sportif au Standard pendant 4 ans donc il connait aussi l’organigramme d’un club et comment on peut travailler. Ce n’est pas une mauvaise pioche et en plus il parle français. Pour la petite anecdote, Raymond Goethals, Marc Wilmots sont des gens qui sont passé par le club de Bordeaux. Ça s’est toujours bien passé. La mentalité du belge, ça se passe bien à Bordeaux […] Il y a 4 millions à sortir s’il faut se séparer de Gourvennec. Ensuite Michel Preud’homme a arrêté sa carrière à Bruges cet été en refusant des clubs. En refusant 3 ans de contrat en disant je veux souffler. Je pense que financièrement il est à l’aise. Il a mis des exigences financières car il sait très bien que Bordeaux a besoin d’un coach. Si Monsieur de Tavernost ne s’aligne pas, il n’ira pas ».

 

Retranscription Girondins4Ever

Réagissez à l'article ↓

Please Login to comment
  Subscribe  
Me notifier des