Stéphane Martin : « Il faut bien réfléchir aux actes et à ce que cela peut avoir comme impact sur l’équipe »

Demission

Demission

 

Nous vous avons proposé les premiers propos de Stéphane Martin sur la grosse rupture avec les supporters des Girondins de Bordeaux (lire : ICI), voici aujourd’hui des propos plus complets du Président du FCGB. « Il y a une rupture, Les supporters sont très déçus et très énervés. Là-dessus, on partage leur tristesse et leur frustration. Mais il faut bien réfléchir à la manière dont on exprime sa tristesse et sa frustration, il faut faire attention à ne pas enfoncer l’équipe encore plus. Il faut être conscient que les joueurs sont touchés et que ce n’est peut-être pas la peine d’en rajouter […] Le contact n’est pas rompu. Evidemment qu’on veut discuter, ça c’est une évidence. Aujourd’hui, il y a une position des Ultras qu’ils ont exprimé clairement et qui n’est pas celle du club, par rapport au coach […] Les supporters sont nombreux et chacun peut avoir son ressenti par rapport aux joueurs. Ce ne sont pas des moutons non plus, chacun à le droit d’avoir une opinion, un ressenti. Je pense que Malcom est la star de l’équipe donc quand lui est moins bien, il y a plus de frustration que quand c’est un autre (vis-à-vis des invectives des supporters à l’entrainement envers le joueur, ndlr). Encore une fois, chacun à le droit d’avoir son ressenti. On est tous supporters. On voit bien que quand on perd un match on n’est pas contents et que quand on est sur une série comme ça, évidemment que la cocotte-minute explose, c’est logique. Encore une fois, si j’ai un message à leur faire passer, c’est que c’est le club d’abord, c’est une situation grave, très grave, donc il faut bien réfléchir aux actes et à ce que cela peut avoir comme impact sur l’équipe. Il faut essayer de tirer dans le même sens. La frustration, la tristesse, la colère, on la comprend. Ce qui est difficile aussi quand on est à l’extérieur d’un groupe, c’est qu’on a toujours l’impression que quand un sportif n’est pas au niveau attendu, c’est parce qu’il est fainéant, qu’il met de la mauvaise volonté… C’est un peu plus complexe que ça. Il y a un moment où la dimension psychologique fait qu’on plonge. Si j’ai un message ou plutôt un service à leur demander c’est de ne pas tirer sur l’ambulance et de réfléchir aux conséquences que ça peut avoir sur les joueurs. Bien sûr qu’il faut les piquer, c’est bien de les piquer de temps en temps, mais il ne faut pas non plus les enfoncer, et transformer les séances d’entrainement en séances d’insultes. Ils l’ont fait une fois, c’est leur droit, mais il faut aussi penser que c’est pendant les entrainements qu’on prépare le match et il faut respecter les conditions de travail, laisser les joueurs travailler ».

 

Après Granville, les supporters ont également Stéphane Martin, Ulrich Ramé… Le premier cité n’est pas surpris. « Qu’est-ce que vous voulez… Encore une fois, la situation est dramatique. Moi, je ne m’attendais pas à être porté au pinacle. Personnellement, je trouve ça normal qu’il y ait des critiques. Qu’est-ce que vous voulez que je vous dise ? Quand on n’est pas performant, si on n’a pas envie d’être critiqué, il ne faut pas faire un job dans le domaine public comme un club de football. Ça, ça ne me pose pas de problème. Les critiques, on les entend. Mais restons constructif et préservons le travail, les séances de travail. Je n’ai pas de problèmes avec les critiques ».

 

GoldFM

Retranscription Girondins4ever

Réagissez à l'article ↓

Please Login to comment
  Subscribe  
Me notifier des