Jérôme Dauba juge que les deux prochains matches peuvent « conditionner tout le reste de la saison »

Jerome Dauba

 

Avec deux victoires sur les deux prochains matches contre Soyaux et Albi, le maintien serait déjà acquis pour les féminines. Serait-ce déjà l’heure de ce reposer ? Le coach Jérôme Dauba répond à cela, en analysant ces deux prochaines échancres avant la trêve hivernale. « Ça sera déjà les vacances (rires). On va bien profiter de la trêve hivernale. Après, l’idée, c’est vraiment de passer des vacances sereinement. Il faut prendre un maximum de points, six ça serait l’idéal. Après, on se dit qu’avec des victoires, ça mettrait Soyaux et Albi un peu plus loin. On pourra espérer avoir une seconde partie de championnat un peu plus sereine […] Ce sont des matches importants, très importants. Ça peut conditionner tout le reste de la seconde partie de saison. Après on l’a vu l’an dernier, on avait dit que les matches importants c’était la réception de Metz et Albi et au final, on était passé au travers. Et derrière, on avait fait quatre grosses performances. Là, il ne faut pas s’affoler, sur un match tout peut arriver. Il ne faut surtout pas se mettre une pression importante. Depuis le début de la saison, on ne se met pas la pression. Il faut qu’on reste là-dessus et qu’on soit concentré uniquement sur notre jeu. Il ne faut pas qu’on commence à cogiter et se dire, qu’est-ce qu’il va se passer si on ne gagne pas ? Il faut jouer […] Soyaux, c’est une très bonne équipe avec des joueuses offensives avec un fort potentiel, notamment Laura Bourgoin, qu’on connaît, qui nous a fait mal l’an dernier. C’est une équipe qui nous ressemble un peu dans le jeu, c’est une équipe joueuse avec une force offensive assez impressionnante. Maintenant, on se connaît, les joueuses se connaissent, avec le coach on se connaît et on sait comment on joue l’un et l’autre… Après sur un match, en étant à domicile… On est devant elles au classement et j’espère que ce classement va nous permettre à nous d’être en position de force et de les faire douter. Aujourd’hui, on a peut être le statut du favori alors que l’an dernier c’était un peu l’inverse ».

 

Bordeaux est devenu favori face à des équipes derrière au classement. Le technicien revient sur cette différence de point de vue pour aborder les matches. « Pour nous actuellement, c’est une force. Justement l’idée, face à ces équipes-là, c’est de se dire que par rapport à notre position au classement, elles vont peut-être être dans la crainte, dans le doute et il faut jouer là-dessus. Je pense qu’aujourd’hui, avec notre force offensive que l’on a, on a les moyens de faire douter les équipes très rapidement dans les matches […] Etre seulement à 80% ?  Non, non. En plus, c’est un derby. Comme on dit, un derby, ça ne se joue pas, ça se gagne. Moi je n’ai jamais vu mes joueuses faire un calcul en se disant c’est cette équipe ou cette équipe. On le voit depuis deux ans, elles n’ont jamais sous-estimé le moindre adversaire et ce n’est pas maintenant que ça va commencer ».

GoldFM

Retranscription Girondins4ever

Réagissez à l'article ↓

Please Login to comment
  Subscribe  
Me notifier des