Jérôme Dauba : « Je pense qu’aujourd’hui on évolue dans ce championnat avec de vrais intentions de jeu »

Jerome Dauba

 

Défait sur le score de trois buts à zéro face au PSG, l’entraîneur girondin Jerome Dauba est revenu sur le match en lui-même ainsi que sur sa physionomie. « On a rivalisé pendant 65 minutes. C’était très bien. On a bien respecté le plan de jeu pendant 65 minutes. On les a fait déjouer, douter. On a réussi à bien défendre ensemble. En seconde période, on fait vingt bonnes minutes. Avant de prendre ce premier but, on a deux situations donc on a réussi à les faire douter, les faire reculer. Après, on sait que sur des matches comme ça, si on ne marque pas sur nos occasions, derrière on peut se faire punir. Elles ont fait des changements qui ont encore élevé le niveau de jeu de leur équipe avec les entrées de Geyoro et Boquete. Elles ont amenée encore plus de punch dans leur équipe. On était déjà au maximum et c’est là-dessus qu’on a un peu craqué […] Sur notre plan de jeu, on devait aller les chercher haut. On a réussi à les empêcher à ressortir le ballon, c’est ce qui a fait que ça nous a permis sur l’entame de la seconde période de récupérer des ballons plus haut. Il y avait moins de courses à faire face à des joueuses qui sont quand même puissantes. C’était plus facile pour nous de combiner proche de leur but plutôt que de faire comme en première mi-temps où elles nous ont fait reculé. On avait du mal à ressortir les ballons parce qu’on manque de puissance face à des joueuses comme ça. C’est vrai qu’il y a un peu de frustration sur la seconde période parce qu’on n’est pas loin d’ouvrir le score ».

 

En réponse aux propos de Patrice Lair qui plusieurs fois a vanté les Girondins, notamment encore lors du dernier match, le coach n’a pas tari d’éloges sur les améliorations dans le jeu de son équipe. « Je pense qu’aujourd’hui on évolue dans ce championnat avec de vrais intentions de jeu. On propose du jeu. Et je pense que quand on est coach du PSG, de Lyon, de Montpellier, on a envie de jouer face à des équipes qui jouent. Nous, c’est notre marque de fabrique. On joue, on propose du jeu. Il y a des matches ouverts, on ne ferme pas le jeu. Forcément, quand on regarde un match, c’est quand même plus plaisant quand le match est ouvert, qu’il y a des actions, du jeu. Eux, c’est ce qu’ils attendent de clubs comme nous. On est un club professionnel, on arrive dans le championnat de D1, c’est aussi pour se donner les moyens d’exister, de proposer du jeu. Je pense qu’ils sont assez sensibles à ça ».

 

GoldFM

Retranscription Girondins4ever

Réagissez à l'article ↓

Please Login to comment
  Subscribe  
Me notifier des