Laurent Friconnet : « Un club comme les Girondins, on n’envoie pas son CV, c’est lui qui vient vous démarcher »

Laurent Friconnet

 

Lors de son passage sur les ondes de la radio du club, Laurent Friconnet, le nouveau préparateur physique qui est arrivé cet été, s’est exprimé sur son parcours. L’occasion d’en savoir un peu plus sur lui. « J’ai double cursus, à la fois Universitaire et Fédéral. Je suis originaire de Limoges, j’ai fait deux Licences STAPS en science du sport à Limoges, un Master en préparation physique et mentale à Lyon. Et le cursus Fédéral avec un diplôme d’entraineur, le brevet d’Etat, et le certificat de préparateur physique professionnel dispensé par la FFF […] Je pense que mon parcours de joueur – même si je me suis arrêté très tôt la faute à plusieurs blessures graves et des fractures à la cheville, rupture du ligament croisé antérieur… – a fait que la préparation physique m’a toujours intéressé. J’ai toujours aimé savoir comment j’aurais pu éviter mes blessures. C’est naturellement, avec la passion du foot, que je me suis arrêté sur ce métier ».

 

Laurent était l’entraîneur adjoint et le préparateur physique de l’équipe de Limoges. Son club était monté la saison dernière en National 2 après une belle saison. Il raconte comment il est venu à être recruté par les Girondins. « Un club comme les Girondins, on n’envoie pas son CV, c’est le club qui vient vous démarcher. C’est vrai que dans le cadre de ma formation à Clairefontaine, je suis venu en stage d’observation au centre de formation, sous la tutelle de Jean-Jacques Gresser. Suite à cela et l’obtention de mon diplôme, mais aussi aux bons résultats avec Limoges qui m’ont apporté un peu de crédibilité, Ulrich Ramé, Patrick Battiston et Jean-Jacques Gresser m’ont fait confiance au niveau du club et m’ont proposé de venir travailler ici. C’est une immense fierté et un immense honneur d’être aux Girondins ».

 

Il a également une double casquette puisqu’en plus d’être préparateur physique, il est également l’adjoint de Jérôme Dauba pour les féminines. « Jérôme souhaitait avoir quelqu’un pour travailler avec lui, qui puisse avoir la double casquette. On s’entend très bien, cela fonctionne très bien avec les filles, on espère que cela va continuer […] C’est un métier de passionné. J’ai une amplitude d’horaires assez grande au centre. Le matin, je fais le centre de formation quand les filles ne s’entraînent pas, car ma priorité reste quand même les filles. Et le soir les séances sont à 18 heures. Je prends vraiment du bonheur à être sur le terrain ».

 

GoldFM

Retranscription Girondins4Ever

Laisser un commentaire