Alain Giresse : « On a chialé tous les deux comme des enfants, partir de Bordeaux a été une grande souffrance »

Alain Giresse

Alain Giresse

 

Le quotidien sportif L’Equipe a consacré une interview à Alain Giresse afin que ce dernier raconte des anecdotes de sa carrière. Voici ci-dessous l’anecdote qu’il n’a jamais osé dévoiler, son plus grand regret, son but le plus important et ses petites superstitions.

 

« L’anecdote que vous n’avez jamais osé raconter ? Quand j’ai quitté Bordeaux pour l’OM (1986), l’équipe était en stage et il restait Nanard (Lacombe), blessé, et moi. J’ai vidé mon casier, je suis passé chez lui et on a chialé tous les deux comme des enfants. Partir de Bordeaux a été une grande souffrance.

 

Votre plus grand regret ? C’est Séville… À 3-1, quand je marque et que je cours, je me répétais des milliers de fois : “On est en finale !” Est-ce que j’aurais pu penser ça un jour dans ma vie ? Et puis patatras… C’est le vestiaire le plus dévasté que j’aie jamais vu. Tout le monde chialait. Jusqu’au dernier jour, ça va m’accompagner. C’est un regret éternel.

 

Votre but le plus important ? En 1986, quand je lobe Joseph-Antoine Bell à trois minutes de la fin et qu’on gagne la Coupe de France contre l’OM (2-1 a.p.). Bordeaux ne l’avait plus gagnée depuis perpète (1941, son seul succès à l’époque).

 

Aviez-vous de petites superstitions ? Quand on jouait en Coupe d’Europe avec Bordeaux, on allait au vert dans un hôtel rustique et il y avait un coffre de munitions de la guerre 14-18 dans notre chambre avec Nanard (Lacombe). Et avant le retour contre Carl Zeiss Iéna (32es de finale de la Coupe de l’UEFA, 1982-1983), il me dit : “Demain, faut qu’on fasse sortir le feu, mettons nos chaussures de foot sur le coffre !” Et on gagne 5-0 (défaite 1-3 à l’aller). Le match d’après, c’est Hajduk Split. On avait pris 4-1 à l’aller et on repose nos chaussures sur la caisse : 4-0 ! Et j’avais mis 4 buts sur ces 2 matches ».

 

L’Equipe

4
Réagissez à l'article ↓

Please Login to comment
4 Comment threads
0 Thread replies
0 Followers
 
Most reacted comment
Hottest comment thread
4 Comment authors
Tok ApiFrancis SopenaZinedine BenhamouAlain Lafforgue Recent comment authors
  Subscribe  
plus récents plus anciens plus de votes
Me notifier des
Tok Api
Invité

A l’époque c’était encore vrai, aujourdhui les joueurs embrassent le maillot après avoir vu le chèque et crache dessus en quittant le club, pas tous heureusement. …

Francis Sopena
Invité

Il est parti de Bordeaux pourquoi ? c’est surtout Hidalgo qui a été influent , l’ancien sélectionneur étant devenu l’homme fort de l’OM de Bernard Tapie …

Zinedine Benhamou
Invité

Je ne comprends pas qu’il pleure alors qu’il étais parti à Marseille pour un plus gros chèque à la fin du mois

Alain Lafforgue
Invité

je le crois fermement ! hélas…..parfois la souffrance devient , l’école de la vie ; pas évident . A .L.