Le jour où Raymond Goethals a félicité Julien Courbet lors d’un Bordeaux-Marseille

Julien Courbet 2

Julien Courbet 2

 

Julien Courbet revient sur son rôle de speaker des Girondins de Bordeaux, durant les belles années du club. « J’ai fait ce travail de speaker sur plusieurs périodes. Une première période avec la grande équipe, Claude Bez et la Dream Team, donc ces deux dernières années. Puis ensuite la saison en deuxième division, et je suis parti à Paris après. Je suis revenu à ma demande, en leur disant ‘soyez sympas, vous ne pouvez pas me faire ça’, et j’ai fait l’épopée avec le Bayern Munich et le Milan AC entre autres ».

 

Toujours sur le même sujet, il raconte une petite anecdote le lendemain d’un Bordeaux-Marseille et d’une entrevue avec Raymond Goethals. « Comme j’avais l’habitude de me faire engueuler pour des histoires de Sindbad le Marin (Première partie à ce sujet ICI), j’avais peur quand je me faisais convoqué. C’était la grande rivalité Bordeaux-Marseille avec Tapie et Bez, on était au sommet du sommet. Une ambiance comme jamais j’avais vu ça. Je les ai fait chanter pendant vingt minutes et on gagne 3-0. Le lendemain, je suis convoqué par Raymond Goethals. Je n’étais jamais convoqué pour rien, en étant speaker on me donnait le micro et basta. Il me fait venir dans son bureau, il s’assoit face à moi, il s’allume une cigarette et il me dit : « Monsieur Courbet, je tenais à vous dire : la victoire d’hier est aussi la vôtre ». Je lui dis « vous savez, je n’ai pas beaucoup joué quand même ». Il enchaîne ensuite : « j’étais dans le vestiaire, et je disais aux joueurs d’écouter les supporters, qu’il ne fallait pas les décevoir et qu’ils allaient gagner. Donc vous aussi vous méritez d’être remercié ». Je suis rentré en mobylette et j’ai pleuré sur tout le trajet ce jour-là ».

 

Retranscription Girondins4Ever

 

Réagissez à l'article ↓

Please Login to comment
  Subscribe  
Me notifier des