Philippe Fargeon : « Valentin Vada a besoin de montrer que c’est injuste, ce n’est pas un petit nourrisson »

Valentin Vada et Jérémy Toulalan

 

Philippe Fargeon a bien constaté que les Girondins de Bordeaux ne réussissent pas forcément leurs entames de matches, ou de mi-temps. Il faudra corriger cela pour le consultant à l’avenir pour éviter d’autres désillusions. « Jusqu’à maintenant, Bordeaux avait les moyens de passer outre ces mauvaises entames, et de prendre le jeu petit à petit à leur rythme. Sauf qu’à chaque fois, il y a un début de match difficile de leur part. Soit vous prenez un but, soit vous donnez confiance à l’équipe. Il y a un réglage à faire pour rentrer avec un peu plus d’entrain et de concentration, de manière à éviter de se retrouver en porte-à-faux avec des occasions concrétisées ou non des adversaires, dans les premières minutes […] Jusqu’à maintenant, malgré ces entames de match, ça ne nous mettait pas le doute puisqu’on arrivait à avoir des résultats positifs. Mais on permettait de prendre confiance, et de prendre conscience que Bordeaux était jouable et prenable. Jusqu’à présent, on avait les compétences pour faire la différence, même avec des débuts difficiles, pour renverser la vapeur, ou de ne pas prendre de but et de gagner. Ce qui n’est pas le cas contre Nantes, pas le cas contre Paris, ni contre Amiens. Il y a un réglage à trouver de ce côté, en plus de faire souffler un certain nombre de joueurs qui semblent dans une période un peu difficile ».

 

Et justement, Monaco sera assurément l’occasion de surement donner la chance à d’autres joueurs, comme l’a confié Jocelyn Gourvennec. Philippe Fargeon pense notamment à Jaroslav Plasil et Valentin Vada« Peut-être faire rentrer de nouveaux joueurs. Je pense à Jaroslav Plasil, à Valentin Vada, qui pourraient retrouver un peu leur place pendant quelque temps, histoire de faire souffler le reste de l’équipe. C’est là qu’on doit prouver qu’on a un bon contingent, et pas simplement Kamano et Malcom… Mais également des joueurs sur le banc, qu’on n’a pas entendu jusqu’à maintenant, qui peuvent montrer qu’on peut compter sur eux […] On ne peut pas reprocher d’avoir enfin une ossature, il la faut pour avoir une équipe qui tient la route. Après, ce n’est pas parce qu’on a l’ossature qu’on se dit ‘vous commencez au 15 août et vous finissez au 15 juin avec la même équipe’. On peut s’appuyer sur cette ossature, mais quand on est en difficulté, on peut aussi faire des modifications. L’ossature, c’est une organisation qui doit se mettre en place, et il faut que les gens soient interchangeables avec leurs qualités et leurs défauts. Aujourd’hui, on peut très bien imaginer qu’un Plasil rentre à la place d’un Sankharé un peu fatigué, ou qu’un Vada tienne ce rôle. Cette ossature doit être humaine et dans l’organisation collective […] Plasil et Vada se sont entraînés tous les jours, ce sont des professionnels, ils peuvent tenir 60 minutes, et j’espère pour eux. Je pense que Plasil a suffisamment d’expérience, et il a montré à chaque fois qu’il avait la mentalité qu’il fallait, sinon il n’aurait pas signé encore en fin d’année dernière. Et Vada, qui joue beaucoup moins que l’année dernière, a besoin de montrer que c’est injuste. Un contingent, c’est aussi ça. Compte sur des changements qui permettent à tout le monde de se remotiver. Si vous êtes titulaire au début, même quand vous ne jouez pas bien, la motivation est beaucoup plus difficile à trouver que si vous voyez qu’on donne la chance à quelqu’un d’autre et qu’il fait un bon match. Là, on se dit ‘il faut que je revienne à mon niveau’ ».

 

Valentin Vada

 

Et donc, si Valentin Vada redevenait titulaire, n’aurait-il pas tendance à surjouer et donc déjouer ? « Valentin Vada a fait un certain nombre de matches en pro, ce n’est pas un petit nourrisson, pas un novice. Il devra être accompagné, on devra lui parler. Si l’entraineur a décidé de l’aligner contre Monaco, je pense qu’il l’aura accompagné toute la semaine avec son staff pour le faire jouer avec ses qualités, pour ne pas essayer de surjouer. Pour ne pas essayer de remplacer celui qui est en place, mais jouer avec ses compétences. C’est le travail d’une équipe ».

 

GoldFM

Retranscription Girondins4Ever

2 réponses

  1. Zounours Bi Zounours Bi dit :

    le probleme c’est le recrutement qui la poussé sur le banc ils sont 4 voir 5 avec plasil et sankharé otavio lerager sont pas trop mauvais et lui non plus en générale, il doit juste se battre pour etre au top et récupérer une place, il jouera peut etre contre monaco puis apres rennes..a la palce de lerager.

Laisser un commentaire