Yannick Stopyra : « Il y a un effectif qui laisse entrevoir qu’on a des joueurs qui peuvent prétendre »

 

Yannick Stopyra, responsable du recrutement du centre de formation a évoqué le titre de champion de France et ce que cela apporte vraiment au club d’être champion de France U19. « Je pense qu’il y a un regard bien veillant sur ce qu’on fait. Déjà, ça a fait taire beaucoup de gens qui avaient le mot Bordeaux à la bouche. Pour le moment ils ne disent rien mais ça reviendra parce que la critique est facile. C’est surtout un accélérateur, concrètement c’est un accélérateur pour certains joueurs. Maintenant, on les attend au virage. Quand vous êtes jeunes, que vous avez 14-15 ans, on juge sur ce que vous êtes capables de faire dans les années à venir, vous arrivez à 19 ans, maintenant nous sommes en train de juger sur ce que vous faites. Donc les 3-4 ans qui se sont écoulés, maintenant c’est à eux. Nous on a respecté notre pacte, on a vu chez eux qu’ils avaient des qualités mais maintenant, c’est une génération qui est très impatiente. C’est le zapping. Ils veulent tout, tout de suite sans effort. Maintenant on leur dit, ‘montrez ! Prouvez !’. Aussi, ce qui était important pour le match face à Salzbourg, c’est qu’en fait cette équipe on leur a dit de profiter de l’instant présent, ça c’était important, ‘Salzbourg, jouez le ce match, jouez ce match retour, vous ne l’aurez peut-être plus jamais’. Il faut vivre le moment et ça c’est très éducatif ».

 

Pour lui, ce groupe est un groupe de qualité et le compare à celui qui avait remporté la Gambardella. « Moi je trouve qu’il y a des équipes qui gagnent la Gambardella et il n’y a aucun joueurs qui sortent. A l’époque, ça avait été aussi le travail de Philippe Lucas. Il avait une équipe qui était intéressante mais quand vous regardez, ce n’était pas forcément la meilleur même si Crivelli, Prior sont sortis, Pellenard, Laborde et d’autres. Vada était sur le terrain aussi je crois. Ce sont d’autres qualités, c’est une Coupe donc c’est tranchant, il y a des matches couperets. Un championnat, c’est un peu différent. C’est à dire que là déjà, il faut terminer premier chez les 19 ans et ce n’est pas arrivé tout le temps. On a joué une équipe qui avait été impressionnante en demi-finale, qui a peut-être loupée sa finale mais nous, nous l’avons réussi. Par contre je crois que là, il y a un effectif qui laisse entrevoir qu’on a des joueurs qui peuvent prétendre. Donc oui, je pense que c’est une belle génération […] Dans le sport, il n’y a pas d’échec. Pour moi les vainqueurs, ce sont ceux qui se servent de l’instant pour toujours progresser. Le top, c’est Teddy Riner qui tous les ans est attendu et tous les ans il y va. C’est ce qu’on veut leur donner, à certains qui sont là depuis qu’ils ont 13 ans. On essaye de leur donner cette capacité à se surpasser à chaque fois d’une façon à avoir un jour ou l’autre chez les pros, une équipe qui ont ces qualités de très haut niveau. Pour moi, ce n’est que du bonus aujourd’hui ».

 

Enfin il évoque la pression que peuvent avoir ses jeunes par rapport à tout ce qui est dit sur leur génération. « Ils ont cette insouciance du jeune, ils ont cette volonté aussi. Ce sont des enfants donc ils ont un regard différent. La pression, ils la vivent quand même aussi. Tous les ans, ils attendent d’être gardé, pas gardé. Ils démarrent à 13 ans, 15 ans, 16 ans, ils ont des contrats, ça dure 3 ans, après 3 ans on leur dit qu’on ne te garde pas… La pression, ils l’ont gentiment. Vous êtes un ancien, un vétéran, quand vous allez sur le terrain vous avez toujours cette petite pression… ».

 

GoldFM

Retranscription Girondins4Ever

Réagissez à l'article ↓

Please Login to comment
  Subscribe  
Me notifier des