Jocelyn Gourvennec : « L’équipe progresse et que les joueurs progressent, c’est le baromètre »

Jocelyn Gourvennec

 

Malgré une lourde défaite face à Paris, les Girondins vont bien, avec un bilan de 15 points, comme l’a expliqué Jocelyn Gourvennec. « On va vite savoir comment sont les têtes. Mon travail, et celui du staff, est de remobiliser tout le monde. Il n’est pas question de culpabiliser parce qu’on a raté notre match au Parc. On va avoir des échanges qui sont intéressants. On va recevoir sur le prochain match le troisième du championnat. On a vraiment de beaux matches à jouer. On aura d’autres défis encore. En jouant sur le niveau qui est le notre à minima – parce que je pense qu’on peut faire encore mieux – on va être au rendez-vous […] Ce qu’on voit surtout, c’est que l’équipe progresse et que les joueurs progressent, c’est ça le plus important. C’est le baromètre. Après, qu’il y ait des commentaires plus positifs, moins positifs, on fait avec, ce n’est pas le plus important. On a raté un match. On a encore beaucoup de belles échéances. L’équipe est progression, l’état d’esprit qu’on voit à l’entraînement est très bon, l’investissement des joueurs aussi. On peut dans une saison rater des matches et probablement qu’on va en rater encore. C’est difficile de faire une saison sans rater de matches, même pour les meilleurs. Mais l’état d’esprit, ce que je ressens du groupe aujourd’hui, est très positif. Il faut qu’on reste simplement dans l’exigence pour continuer à avancer, qu’on gagne nos matches chez nous, qu’on s’impose chez nous et qu’on aille de temps en temps gagner à l’extérieur. C’est comme ça que je vois la chose pour qu’on soit le plus haut possible […] L’ évolution de l’équipe est conforme à ce que je souhaitais, à ce qu’on souhaitait aussi avec les dirigeants. J’avais bien expliqué les choses et ils m’ont suivi là-dessus, dans l’évolution de l’effectif et donc dans l’évolution de l’équipe. Je crois qu’on a une meilleur base aujourd’hui pour construire, pour gérer un peu plus la pression que peut mettre l’adversaire. On a plus cette capacité à jouer sous pression. On a gardé notre côté tranchant offensivement, on est toujours capable de faire des différences et on est dynamique. Donc l’évolution de l’équipe prend forme mais après il faut qu’on fasse durée ça, qu’on améliore encore, notamment chez les plus jeunes. Il ne faut pas oublier que Malcom n’a que 20 ans, François (Kamano) 21 ans. C’est très jeune pour des joueurs offensifs qui jouent maintenant régulièrement en Ligue 1. Souvent, chez les joueurs offensifs, la maturité vient plus tard et eux sont quand même très jeunes. Il faut en tenir compte. Il faut aussi qu’on reste ambitieux ».

 

GirondinsTV

Retranscription Girondins4Ever

Réagissez à l'article ↓

Please Login to comment
  Subscribe  
Me notifier des